"Bientôt des paiements via smartphones"

Le grand public pourra dans un avenir proche effectuer des paiements électroniques par l’intermédiaire de smartphones. C’est ce qu’affirme le professeur en économie Leo Van Hove (VUB), expert des paiements électroniques. Il était l’invité ce matin de l’émission "De ochtend" sur les ondes de Radio 1 (VRT).

Bancontact/Mister Cash lancera début 2014 une application qui permettra de faire un virement via les smartphones. Le système fonctionnera grâce à un code QR et un code secret permettant de confirmer une opération.

Les responsables de Bancontact/Mister Cash espèrent ainsi faire augmenter le nombre de paiements électroniques. Selon le chef de direction de l’entreprise, Kris de Ryck, entre 60 et 70% des paiements quotidiens sont actuellement effectués en liquide. Le montant d'un paiement moyen en liquide est de 18 euros. Il s’élève à 50 euros pour les paiements par Bancontact. Le potentiel de croissance concernerait donc les plus petites sommes.

D’après Leo Van Hove (photo), l’utilisation des smartphones comme moyen de paiement deviendra monnaie courante à terme. Le professeur ne semble en outre pas inquiet face aux éventuels problèmes de sécurité. "En payant avec son smartphone, on a d’une certaine manière son guichet automatique en main, grâce au clavier et à l’écran", indique-t-il. Un éventuel paiement sera par exemple confirmé par un message. "Si vous recevez un tel message alors que vous n’avez pas effectué de virement, vous pourrez tout de suite bloquer votre compte", ajoute-t-il.

Les consommateurs se promèneront-ils bientôt sans un sou en poche ? "C’est bien possible", indique Leo Van Hove, "si la solution de ce paiement électronique est suffisamment attractive". Et dans 30 ans ? "C’est un peu comme prévoir l’avenir dans une boule de cristal. Mais il y a par exemple déjà une technologie permettant de payer avec son pouce, ou même via une reconnaissance faciale", souligne-t-il. La fiction rejoindra-t-elle donc bientôt la réalité ? Cela dépendra de l’évolution des technologies. Quoi qu’il en soit, celles-ci seront amenées à faciliter, et donc sans doute faire augmenter, les dépenses des consommateurs.