Près de 40.000 manifestants à Bruxelles

Entre 30.000 (selon la police) et 40.000 personnes (selon les syndicats) ont participé jeudi dans le calme à la manifestation "pour le pouvoir d'achat, contre le gel des salaires, pour le maintien intégral de l'index et pour une fiscalité plus juste et plus progressive". Une importante délégation de travailleurs d'ArcelorMittal et de nombreux enseignants étaient notamment présents dans le cortège qui a sillonné les rues de Bruxelles.

Les syndicats ont salué l'importante mobilisation des travailleurs. "Nous attendions 20.000 personnes, vous étiez 40.000! Cette mobilisation montre à quel point les travailleurs en ont assez de payer pour une crise provoquée par les banques et les spéculateurs", a notamment déclaré Anne Demelenne, la secrétaire générale de la FGTB, lors d'un discours à la fin du parcours.
Le secrétaire général de la CSC, Claude Rolin, a estimé pour sa part que cette mobilisation était "une réussite et constituait un message clair" pour le gouvernement. "Combien d'ArcelorMittal, combien de Ford Genk, combien de restructurations et de campagnes de licenciement seront encore nécessaires à nos ministres pour qu'ils comprennent que les politiques d'austérité ne sont pas une solution", a-t-il ajouté.
Aucun incident majeur n'a été constaté lors de la manifestation, a indiqué la police. Les forces de l'ordre étaient présentes en masse sur le parcours, mais sont restées très discrètes. Des services de sécurité avaient également été mis sur pied par les organisations syndicales.

Des délégations syndicales ont déjà été reçues durant la matinée par le ministre des Finances, Steven Vanackere (CD&V), et par le ministre des Pensions, Alexander de Croo (Open VLD). Des rencontres avec la ministre de l'Emploi, Monica De Coninck (SP.A), et avec le secrétaire d'Etat aux Affaires sociales, Philippe Courard (PS), sont encore prévues en début d'après-midi.

 

Les transports en commun fortement perturbés

Le réseau des transports en commun bruxellois (STIB) est fortement perturbé jeudi matin.
Un peu plus de la moitié des métros circulent et dix lignes de tram sur 18 sont assurées à environ 80% de leur fréquence habituelle. Une vingtaine de lignes de bus sur 48 sont également perturbées à des degrés divers.
En Flandre, le réseau de De Lijn est fortement perturbé
Aucune perturbation n'est pour l'instant à signaler du côté des chemins de fer et des aéroports.
A Gand, la moitié des crèches communales sont fermées. La ville a mis en place un service de garde d’urgence pour accueillir les enfants. Enfin dans de nombreuses rues de Gand le ramassage des ordures n’a pas été assuré.

Tobback demande plus d'honnêteté à l'ABVV

Le président du SP.A Bruno Tobback (photo) et son homologue francophone Paul Magnette (PS) ont demandé jeudi au syndicat socialiste ABVV/FBTB de "faire preuve d'honnêteté" en reconnaissant les actions de "résistance" de leur parti au gouvernement Di Rupo.
Bruno Tobback désapprouve les fortes critiques adressées à la ministre de l'Emploi Monica De Coninck (SP.A), alors que selon lui, le gouvernement fédéral est "le plus social d'Europe".

"Nous avons toujours dit aux syndicats qu'ils devaient expliquer à leurs membres la faiblesse de la marge de négociation sur des hausses salariales supplémentaires, mais je n'ai pas l'impression qu'ils l'ont fait" a déclaré Bruno Tobback.