Moins d’immigrés dans les cours d’intégration

Pour la première fois depuis l’instauration des cours d’intégration en Flandre, le nombre d’inscrits a diminué l’année dernière. C’est ce qui ressort des chiffres du ministre flamand de l’Intégration, Geert Bourgeois (N-VA), publiés par le quotidien De Morgen. Cette baisse est liée au fait que la majorité des immigrés arrivés en 2012 sont originaires des pays d’Europe de l’Est, et ne sont donc pas obligés de suivre ces cours.
BELGA/ARNOLD

Les personnes originaires des Etats membres de l’Union européenne, de l’Espace économique européen et de Suisse sont dispensés de ce cours d’intégration. Les autres immigrés sont obligés de s’inscrire au programme.

En 2012, environ 17.000 personnes ont suivi ces cours en Flandre, soit 17% de moins qu’en 2011. Les plus nombreux parmi eux sont les Marocains (1.839 contrats) et les Afghans (1.148). Alors que près de 9.400 Polonais, Roumains et Bulgares se sont installés en Flandre, seuls 1.162 d’entre eux se sont volontairement inscrits à ce cours.

Selon le ministre flamand de l’Intégration Geert Bourgeois (photo), l’intégration n’est pas le principal objectif de nombreux Européens de l’Est. "Beaucoup de Polonais viennent par exemple travailler en Flandre pour bien gagner leur vie durant quelques années. Ils ne prévoient pas pour autant de rester ici. Il s’agit en quelque sorte d’une nouvelle forme de travailleurs immigrés", indique-t-il au quotidien flamand.

Les chiffres révèlent par ailleurs une baisse du nombre de nouveaux-arrivants en Région flamande pour la troisième année consécutive.