Confirmation de l’avis négatif pour Bernard Arnault

La porte-parole du parquet de Bruxelles Ine Van Wym a précisé que le second avis négatif concernant la demande de naturalisation belge de l'homme d'affaires français Bernard Arnault, était en fait une confirmation du premier.
AP2013

Le parquet avait rendu un premier avis négatif en janvier sans avoir vu M. Arnault, qui était à l’étranger. Fin janvier, le patron du groupe de luxe LVMH, de retour à Uccle où il possède une résidence, s’est rendu au commissariat de cette commune bruxelloise pour un bref entretien.

La justice bruxelloise estime que l’homme d’affaires ne remplit pas l’un des critères de la loi sur la naturalisation c’est-à-dire avoir résidé pendant trois ans en Belgique. Une enquête a été ouverte sur la structure de ses affaires financières. Selon ses avocats, la demande de naturalisation belge de cet homme d’affaires, première fortune de France, est motivée par des raisons juridiques et non fiscales.

Au bout du compte ce sera à la commission des naturalisations de la Chambre de trancher.

Arnault répète qu'il n'est pas domicilié à Uccle

"Monsieur Arnault n'a jamais confirmé résider à Uccle puisqu'il est et reste résident français, comme il l'a toujours déclaré", a réagi samedi un porte-parole du Groupe Arnault, après la publication d'un article de La Libre. "Il a bien par contre une résidence à Uccle où il réside quand il vient en Belgique", a-t-il ajouté.
La Libre rapportait samedi que le parquet de Bruxelles avait rendu un second avis négatif concernant la demande de naturalisation belge de l'homme d'affaires français Bernard Arnault.
Le journal explique que "le patron du groupe de luxe LVMH, de retour à Uccle où il est domicilié, s'est rendu fin janvier au commissariat de cette commune bruxelloise pour un bref entretien, au cours duquel il a confirmé résider à Uccle".
Le porte-parole du Groupe Arnault a indiqué samedi que M. Arnault n'est pas domicilié à Uccle mais bien en France.