"Peeters mon plus grand adversaire ? Plutôt mon plus grand espoir"

Il semble que le président de la N-VA et le ministre-président flamand Kris Peeters (CD&V) aient enterré la hache de guerre au sujet de la fameuse révolution copernicienne. Depuis que Kris Peeters a déclaré mercredi dans l’émission "Villa politica" (VRT) qu’il n’abandonnerait pas la grande réforme institutionnelle, l’incident est clos pour Bart de Wever. "J’espère que nous pourrons être des partenaires" a-t-il déclaré dans l’émission "De ochtend", (VRT) ce jeudi matin.

Le président de la N-VA Bart De Wever exprimait son inquiétude mercredi, dans une interview à "La Libre Belgique" quant à la réalisation de la grande révolution copernicienne qu'il défend.

Selon lui Kris Peeters a "changé son discours du jour au lendemain". "On ne peut pas tromper les électeurs deux fois, promettre une révolution copernicienne et accepter ce qui a été accepté. On a offert au ministre-président flamand d’être la figure de proue du CD&V en 2014 et, en échange, il a accepté une certaine loyauté à un futur gouvernement Di Rupo 2", disait-il.

Kris Peeters a répondu que le gouvernement flamand avait décidé de mettre la 6e réforme de l’Etat en œuvre. Une réponse qui a rassuré Bart De Wever.
Le président de la N-VA s’est donc voulu conciliant et a déclaré qu’il ne considérait pas Kris Peeters comme son grand concurrent pour les élections de 2014. "Peeters n’est pas mon plus grand adversaire. Il est mon plus grand espoir. Il y a de la collégialité entre nous. C’est un bon ministre président. J’espère qu’après une campagne équitable mais difficile, nous pourrons travailler ensemble".