Des travailleurs d’ArcelorMittal bloquent deux postes frontières

Plusieurs centaines de travailleurs d’ArcelorMittal ont bloqué les postes frontières d’Eynatten en direction de l’Allemagne, et de Visé en direction des Pays-Bas, ce vendredi matin. L’action a été menée en guise de protestation contre la décision du sidérurgiste de fermer sept lignes à froid dans le bassin liégeois.

Environ 300 travailleurs d'ArcelorMittal Liège ont bloqué le poste frontière de Visé ce matin. L'action de sensibilisation, via la distribution de tracts auprès des automobilistes, s'est bien déroulée, d'après David Camerini, président de la délégation CSC chez ArcelorMittal.

"On a marqué le coup! C'était une action importante pour sensibiliser les automobilistes aux enjeux de la fermeture d'un certain nombre de sites sidérurgiques liégeois", a indiqué David Camerini. "Il y eu quelques coups de klaxon, un brin de mauvaise humeur dans le chef de certains conducteurs mais, globalement, c'était une réussite", s'est réjoui le président de la délégation CSC chez ArcelorMittal.

L'action des travailleurs a entraîné la formation de quelques embouteillages de part et d'autre du poste frontière de Visé. Le mouvement s’est dissout en début d’après-midi.

Parallèlement, 150 travailleurs ont entravé la circulation sur l'autoroute E40 à hauteur d'Eynatten en direction de l'Allemagne vers 9h30. Durant plus de deux heures, les travailleurs d'ArcelorMittal ont ainsi organisé des barrages filtrants, une action qui a provoqué jusqu'à 5 kilomètres de files.

Peu après-midi, les travailleurs qui réclamaient que le monde politique et l'Europe prennent leurs responsabilités, ont levé le barrage. Aucun incident majeur n'a été constaté.