Ford Genk remboursera les réductions salariales

Le plan social pour les travailleurs de l’entreprise automobile limbourgeoise qui fermera ses portes fin 2014 prévoit le paiement rétroactif de la réduction salariale de 2,5% qui avait été introduite en janvier 2011 en échange d’une sécurité de travail jusqu’en 2020. Une prépension sera en outre accordée aux travailleurs qui auront 52 ans le 31 décembre 2014.

Le Contrat d’avenir qui avait été conclu en 2010 entre le constructeur automobile Ford à Genk et le gouvernement flamand prévoyait un sacrifice salarial de 2,5% pour les travailleurs du site limbourgeois en échange d’une sécurité d’emploi jusqu’en 2020. La réduction salariale a bien été introduite début 2011, mais la promesse de sécurité d’emploi n’a pas été tenue puisque l’entreprise fermera définitivement ses portes fin 2014.

La proposition de plan social à l’attention des travailleurs de Ford Genk prévoit donc le paiement rétroactif des 2,5% de salaire retenus depuis janvier 2011. Ce montant sera ajouté au salaire actuel du personnel, jusqu’à la fin de la production, en décembre 2014.

La proposition de plan social avancée ce vendredi contient aussi des détails sur les travailleurs qui ont des contrats à durée limitée, sur une possibilité pour les travailleurs à temps partiel de reprendre un statut à temps plein, et sur la couverture en matière d’assurance hospitalisation.

La nouvelle règlementation en matière de prépension sera d’application pour les travailleurs qui auront atteint l’âge de 52 ans au plus tard le 31 décembre 2014 et qui seront restés actifs dans l’entreprise jusqu’à la fermeture définitive. D’autre part, l’imposition moyenne sur les salaires bruts a été calculée entre 30 et 40%.

Le médiateur social a également fait savoir au personnel de l’usine limbourgeoise que l’acceptation de la proposition de plan social impliquera un retour au fonctionnement normal de l’usine jusqu’à la fin de l’an prochain. Un refus de la proposition sociale mènerait par contre, selon le médiateur, à une impossibilité de garantir encore une poursuite de la production.