"Nous pouvons nous permettre des mesures uniques"

Le tout nouveau ministre des Finances, Koen Geens (CD&V, photo), a défendu ce lundi - à la veille de l’ouverture du contrôle budgétaire - l’adoption de mesures ponctuelles pour ramener le budget 2013 sur les rails. Il était ce lundi matin l’invité de l’émission "De Ochtend" sur la première chaîne radio de la VRT. Le gouvernement devra en effet encore trouver 2,8 milliards d’euros. Selon Geens, les mesures plus structurelles seront pour l’élaboration du budget 2014.

C’est ce mardi que le gouvernement fédéral entamera le contrôle budgétaire pour 2013. L’équipe Di Rupo devra trouver 2,8 milliards d’euros supplémentaires pour ramener le déficit public à 2,15% du produit intérieur brut cette année, conformément aux engagements européens pris par la Belgique.

Le tout nouveau ministre des Finances, Koen Geens (CD&V), qui remplace depuis quelques jours seulement le ministre démissionnaire Steven Vanackere (CD&V), était ce lundi matin l’invité de l’émission radio "De Ochtend" (VRT) et a laissé entendre qu’il envisage l’adoption de certaines mesures ponctuelles pour ramener le budget sur les rails.

"Nous pouvons nous permettre actuellement certaines mesures uniques", a-t-il estimé, "notamment parce qu’un nouveau traité européen de stabilité budgétaire sera d’application à partir du 1er janvier 2014. C’est donc pour le prochain budget que nous devrons prendre des mesures structurelles". Et de préciser : "Je ne dis pas que le contrôle budgétaire sera fait exclusivement de mesures uniques. Mais l’objectif est d’avoir un budget ajusté en avril. Les réformes structurelles seront pour la seconde moitié de l’année".

Pour ce qui est de l’impôt sur la fortune, le nouveau ministre des Finances estime que le moment n’est pas encore venu. "Les charges doivent passer systématiquement d’impôt sur le revenu à un impôt sur la fortune. Mais un contrôle budgétaire n’est pas le moment approprié pour introduire ce changement".

Koen Geens n’a en tous cas pas l’intention de frapper à la porte du ministre-président flamand Kris Peeters (CD&V) pour réclamer une contribution financière accrue du gouvernement flamand. "Nous devons laisser les Régions et les Communautés à leurs compétences. Le gouvernement fédéral ne doit pas le faire à leur place", concluait le ministre des Finances.