Le retour des hirondelles ne fait pas le printemps

En divers endroits de Belgique, les premières hirondelles rustiques ont été aperçues ce week-end. Elles ont passé l’hiver en Afrique et sont rentrées au pays un peu plus tôt que d’habitude. Mais l’hiver n’a justement pas dit son dernier mot chez nous !

Les toutes premières hirondelles rustiques - une petite espèce de passereau migrateur qui vit en Europe, notamment, et est aussi connu sous le nom d’hirondelle de cheminée ou des grandes - ont été aperçues samedi matin au-dessus du terrain du domaine militaire Kamp Beverlo (à Helchteren, en province du Limbourg), mais aussi au-dessus des marais de Harchies (dans le Hainaut) et de la réserve naturelle Grootbroek à Rhode-Sainte-Agathe (Brabant flamand).

« Les premières hirondelles sont arrivées, mais la véritable grande migration se fera encore un peu attendre, en raison de la nouvelle offensive hivernale », précisait Dominique Verbelen de l’organisation environnementale Natuurpunt sur le site Natuurbericht.be.

Les hirondelles rustiques, qui couvent en Belgique, passent l’hiver au sud du Sahara, essentiellement au Ghana, au Nigéria et au Congo. Leur date moyenne de rentrée en Flandre se situe environ 7 jours plus tard que cette année, comme en atteste le relevé des dates de rentrée que tient depuis 1985 l’organisation Natuurpunt.

La population des hirondelles rustiques ne se porte pas très bien. En 2002, on avait en effet évalué le nombre de couples d’hirondelles des granges entre 20.000 et 30.000. Cinq ans plus tôt, il y aurait encore eu entre 40.000 et 85.000 couples de cette espèce, soit seulement la moitié de leur nombre au début des années 1970.

« Malgré les variations annuelles, on peut clairement parler d’une réelle tendance négative. C’est très dommage, car personne - y compris le secteur de l’agriculture - ne veut perdre ces ambassadeurs du monde rustique. Les hirondelles des granges sont des prédateurs biologiques des insectes, car un nid contenant 5 oisillons consomme environ 6.000 insectes par jour. On estime qu’un couple d’hirondelles rustiques attrape en moyenne, pendant la saison de la couvée, un million d’insectes », précise Dominique Verbelen.