Dissensions au lancement du contrôle budgétaire

Alors que le Comité ministériel restreint a entamé le contrôle budgétaire, les libéraux flamands et francophones ont réitéré leur volonté de mettre en œuvre des mesures structurelles. Aux yeux du PS, il est impossible de réaliser de tels efforts. Afin de respecter l’objectif d’un déficit maximum de 2,15% du PIB, les autorités fédérales doivent trouver 2,8 milliards d’euros.

Le contrôle budgétaire a donc finalement été entamé ce matin. La réunion a toutefois débuté avec un certain retard, de nombreux ministres étant bloqués dans les embouteillages liés aux routes enneigées.

Les autorités fédérales doivent trouver 2,8 milliards d’euros afin de respecter l’objectif d’un déficit maximum de 2,15% du PIB. La tâche s’annonce difficile. Hier, le tout nouveau ministre des Finances, Koen Geens, a défendu l’adoption de mesures ponctuelles pour ramener le budget 2013 sur les rail. Selon lui, des mesures plus structurelles devront être prises pour l’élaboration du budget 2014.

Les libéraux, flamands et francophones, se sont toutefois opposés à cette option. Le vice-premier ministre Open-VLD Alexander De Croo a ainsi mis le gouvernement en garde face à d’éventuelles sanctions européennes.

Mais selon la vice-première ministre PS Laurette Onkelinx, l’Europe met la barre trop haut. "Si nous voulons réellement garantir le redressement économique dont notre pays a besoin, nous ne pouvons pas réaliser toutes les demandes européennes via des mesures structurelles", a-t-elle prévenu.

L’agenda de la semaine

Les discussions budgétaires se poursuivront ce mardi soir à 19h au Lambermont. Elles seront ensuite interrompues jusqu'au week-end. Entre temps, les ministres du Budget et des Finances, Olivier Chastel (MR) et Koen Geens (CD&V), auront des entretiens bilatéraux avec les vice-premiers ministres, a indiqué le porte-parole du Premier ministre.

Ce mardi après-midi, une réunion du Comité de mise en oeuvre des réformes institutionnelles (COMORI) est prévue avec à l'ordre du jour les transferts de compétences en matière d'emploi et d'allocations familiales.

Il est peu probable que les huit présidents des partis signataires de l'accord institutionnel abordent aussi le chapitre des soins de santé en raison de l'importance des chapitres emploi et allocations familiales.

Mercredi, un Comité ministériel restreint "classique" est convoqué à 10H30 pour préparer le Conseil des ministres qui aura lieu jeudi à 8H30. Le Premier ministre Elio Di Rupo participera ensuite jeudi après-midi et vendredi au Conseil européen.