Le chocolat belge sera-t-il bientôt "protégé"?

Le ministre de l’Economie et secrétaire d’Etat à la Consommation Johan Vande Lanotte examine la possibilité de prendre des mesures pour protéger l’appellation "chocolat belge", afin d’éviter les abus. C’est ce qu’il a déclaré en réponse à une demande écrite du sénateur socialiste flamand Bert Anciaux. Selon ce dernier, les chocolatiers belges sont demandeurs d’une telle mesure.

Pour Johan Vande Lanotte, l’utilisation abusive et illégitime de l’appellation "chocolat belge" peut considérablement affecter l’image du produit et la position concurrentielle des producteurs de chocolat.

"Le secteur du chocolat est un pilier important de l’industrie alimentaire belge. Le chiffre d’affaires et les exportations ne cessent d’augmenter ces dix dernières années. En 2011, les recettes se sont élevées à 4,3 milliards d’euros et les exportations à 2,4 milliards. Le secteur emploie 6.400 personnes et a une valeur ajoutée de plus d’un demi-milliard d’euros", a-t-il indiqué.

"Différentes pistes en vue de protéger le produit sont examinées à l’heure actuelle", a souligné Johan Vande Lanotte. Ce dernier s’est dit prêt à examiner les possibilités proposées par les ordonnances européennes au niveau des réglementations des qualités des produits et des attributions géographiques. Le secteur devra dans ce cadre déposer un dossier faisant le lien entre le territoire géographique et la qualité ou la renommée du produit.