"Non à l'obligation d'intégration pour les Roms"

Dans un entretien accordé au quotidien dominical De Zondag, la secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration Maggie De Block (Open VLD) dénonce le projet du ministre flamand de l’Intégration, Geert Bourgeois (N-VA), d’imposer aux Roms le parcours flamand d’intégration.

La semaine dernière, le ministre flamand de l’Intérieur a annoncé sa volonté d’obliger les 15.000 tsiganes originaires de pays membres de l’Union européenne et vivant en Flandre à suivre un cours de "citoyennisation". La mesure est contraire aux règles européennes de libre circulation des personnes, mais le ministre N-VA espère se voir accorder une exception.

En Flandre, les personnes originaires des Etats membres de l’Union européenne, de l’Espace économique européen et de Suisse sont dispensés de ce cours d’intégration. Les autres immigrés sont obligés de s’inscrire au programme.

Le projet de Geert Bourgeois d’imposer aux Roms de suivre le parcours d’intégration même s’ils ont la nationalité de l’un des pays de l’Union européenne est loin de faire l’unanimité. Dans un entretien accordé au quotidien De Zondag, la secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration Maggie De Block (photo), dénonce cette mesure.

"Les Roms doivent être traités comme tous les autres citoyens européens. Allons-nous ici aussi commencer à les stigmatiser selon leur origine ethnique ?", se demande-t-elle. "Nous plaidons pour que tous les nouveaux-arrivants participent à l’intégration", indique toutefois Maggie De Block. Elle souligne par ailleurs qu’il existe actuellement un plan européen d’accompagnement de la population Rom.