"Eviter l’accueil d’enfants turcs dans des familles belges"

Les autorités turques ont demandé à notre pays d’avantager l’accueil d’enfants turcs par des familles turques ou musulmanes plutôt que belges. Cette demande intervient après l’adoption aux Pays-Bas du jeune Yunus par un couple de lesbiennes, une affaire qui a fait grand bruit en Turquie. L’agence flamande du bien-être de la jeunesse, Jongerenwelzijn, a d’ores et déjà indiqué ne pas pouvoir accepter une telle exigence.

Aux Pays-Bas, un jeune turc a été placé à l’âge de 4 mois dans une famille d’accueil formée par un couple lesbien. La décision avait été prise par les autorités néerlandaises car l’enfant était victime de maltraitance. Aujourd’hui, Yunus a 9 ans. Ses parents biologiques, rentrés en Turquie, tentent de récupérer leur enfant.

L’affaire fait grand bruit aux Pays-Bas et en Turquie. Le gouvernement turc s’y est d’ailleurs immiscé. Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan (photo) se rendra ce jeudi aux Pays-Bas pour discuter de la question.

Entre temps, le représentant du consulat turc en Belgique a demandé à l’agence flamande Jongerenwelzijn d'éviter de placer de jeunes turcs dans des familles belges mais de les mettre de préférence dans des familles d’accueil turques ou musulmanes.

Dans le quotidien De Standaard, le porte-parole de l’agence, Karel Henderickx, souligne ne pas pouvoir accéder à une telle demande. "Premièrement, la décision de retirer un enfant de sa famille ne nous revient pas. C’est le juge de la jeunesse qui prend une telle décision. Deuxièmement, notre mission est de trouver une famille d’accueil appropriée, qui suit des formations et qui répond à nos exigences. Nous respectons toujours les convictions religieuses ou culturelles, mais nous ne tenons jamais compte de la nationalité", a-t-il souligné.