Colruyt poursuivi pour ses remises sur le tabac

Le parquet de Bruxelles a décidé de poursuivre la chaîne de magasins Col¬ruyt devant le tribunal correctionnel en raison de la manière dont le groupe fait l'éloge des produits du tabac dans ses 225 implantations en Belgique, déclare mardi le porte-parole du parquet, Jean-Marc Meil¬leur, dans De Tijd.

Selon le parquet, Colruyt viole l'interdiction de la publicité pour le tabac. Les récentes remises de prix sur les cigarettes et autres produits du tabac - également accordées aux mouvements de jeunesse - justifient ces poursuites.

L’enquête menée par la Santé publique a été lancée il y a deux ans. Elle a révélé que le groupe offrait une réduction de 2 à 3% par cartouche de cigarettes. Cette réduction s’élevait jusqu’à 9% pour les coffrets à cigares. Les mouvements de jeunesse qui partaient en camp bénéficiaient quant à eux d’une remise de 3% sur tous leurs achats, ce qui inclut donc également les cigarettes et le tabac à rouler.

Personne ne souhaitait réagir lundi chez Colruyt mais la chaîne de magasins insiste depuis longtemps sur le fait qu'elle ne fait rien de mal en agissant de la sorte et se réfère aux règles européennes interdisant aux États membres d'imposer des prix minimaux de vente. Selon Colruyt, le fait de ne jamais pouvoir vendre des produits du tabac en dessous du prix fixé sur le paquet est en totale contradiction avec les règles européennes. Le groupe estime en outre ne pas avoir transgressé la loi interdisant la publicité pour le tabac.

La semaine prochaine, le groupe comparaîtra mercredi devant le tribunal correctionnel. Il risque une condamnation pénale, ainsi qu'une amende de 600.000 euros. Par ailleurs, on ne sait pas encore quelles seront les démarches entreprises par les parquets de Termonde et d'Anvers pour des dossiers similaires concernant Aldi et Makro, souligne encore De Tijd.