Passa Porta sollicite l’imagination

Du 20 au 24 mars, le festival international de littérature Passa Porta invite une centaine d’auteurs du monde entier, pour des rencontres, lectures et débats en 30 endroits différents de Bruxelles. L’édition 2013 a pour thèmes centraux l’imagination (d’où son titre "Imagine") et la littérature arabe (avec notamment pour invité d’honneur l’Algérien Boualem Sansal).

" Imaginer n’est pas rêver, imaginer est une révolte, une transgression, une ambition, c’est un acte volontaire qui dépasse nos angoisses pour aller affronter ce qui les provoque. " Voici un extrait du texte que l’auteur algérien Boualem Sansal lira ce mercredi soir, à la maison internationale des littératures à Bruxelles, en ouverture du Festival Passa Porta 2013. Le thème de cette édition est en effet « Imagine ». Pendant quatre soirées et toute la journée de dimanche, le Festival s’installera à Bruxelles avec des rencontres, des lectures et des débats auxquels il convie écrivains et penseurs du monde entier.

L’Algérien Boualem Sansal (photo) prononcera un plaidoyer en faveur de la reconnaissance du besoin d’imagination et de rêves dans notre société moderne. Lauréat en 2011 du Prix de la Paix des libraires allemands, il est l’initiateur avec l’Israélien David Grossman du mouvement mondial Ecrivains pour la paix, qui a reçu le soutien de centaines d’écrivains éminents. Censurée en Algérie, à cause de sa critique du pouvoir en place, l’œuvre de Sansal est traduite dans de très nombreuses langues.

Le jeudi soir, 21 mars, Boualem Sansal sera rejoint à La Bellone par le Chinois Liao Yiwu, lui aussi lauréat du Prix de la Paix des libraires allemands et devenu une voix forte dans le mouvement chinois pour la démocratie. Les deux écrivains s’entretiendront sur le rapport entre politique et littérature.

Le Printemps arabe au festival

En 2011, le peuple tunisien a réclamé et obtenu un changement de régime politique. Son exemple a été suivi en Lybie, Syrie et en Egypte, qui connaissent des luttes civiles et armées. Vendredi 22 mars, le Festival Passa Porta convie le public aux Halles de Schaerbeek pour écouter 5 voix puissantes originaires de ces pays en révolution.

Khaled Khalifa (Syrie), Khaled Al Khamissi (Egypte), Raja Ben Slama (Tunisie), Ibrahim Al-Koni (Libye) et Boualem Sansal (Algérie) viendront témoigner des bouleversements qui ont transformé leur société et leur écriture. Le débat sera modéré par l’éditorialiste belge Béatrice Delvaux et l’écrivain marocain Mohamed Berrada.

La soirée du samedi 23 mars sera, elle, consacrée au genre de la nouvelle. En présence d’écrivains de renommée internationale, venus de Belgique et d’ailleurs, qui liront des extraits de leurs œuvres. Parmi eux, on retrouvera les auteurs belges Kristien Hemmerechts et Pierre Mertens, mais aussi l’Américaine Lydia Davis, le Néerlandais Arnon Grunberg, les Irlandais Anne Enright (photo) et Gerard Donovan, le Marocain Tahar Ben Jelloun et l’Espagnol Enrique Vila-Matas, qui évoqueront notamment traditions et contes de leurs contrées. Cette soirée aura lieu au centre d’art Flagey.

Pour sa clôture, le dimanche 24 mars, le festival propose entre 11h et 19h un parcours littéraire dans le centre de Bruxelles qui permettra, notamment, de rencontrer des auteurs, participer à des ateliers ou balades, à des activités liées au cinéma, aux arts plastiques et à la musique.

Parmi les invités, il y aura notamment les Belges Bart Moeyaert (photo), Judith Vanistendael, Saskia De Coster, Caroline Lamarche, Erwin Mortier, Koen Peeters, Kitty Crowther, François Schuiten, Geert van Istendael, Kristien Hemmerechts, Jean-Pierre Verheggen , Jean-Luc Outers, Pierre Mertens, et Véronique Bergen.

D’horizons plus lointains, on pourra rencontrer et écouter le journaliste néerlandais Geert Mak et le romancier néerlandais Cees Nooteboom, l’essayiste polonais Adam Zagajewski, l’auteur roumain Mircea Cartarescu, les romanciers irlandais Anne Enright et Gerard Donovan, l’auteure de BD britannique Karrie Fransman, plusieurs auteurs africains dont les Congolais Alphonse Muambi, Jean Bofane et Alain Mabanckou, l’auteur tchèque Tomas Zmeskal, l’écrivain allemand Uwe Timm, l’auteure portugaise Dulce Maria Cardoso, le Grec Christos Chryssopoulos, l’écrivain hongrois Viktor Horvath, la poétesse néerlandaise Anna Enquist, l’Américain Percival Everett, l’écrivain anglais Julian Barnes et la grande dame de la littérature anglaise A.S. Byatt (photo).

Dimanche, les jeunes visiteurs pourront participer à des ateliers sur l’illustration de livres, faire une « promenade des dinosaures » virtuelle ou une vraie promenade sur les « légendes urbaines » dans Bruxelles, ou encore découvrir une exposition sur des récits graphiques (‘Brussels in shorts’). Au théâtre Vaudeville, le Collectif de traducteurs de Passa Porta, qui traduit des poètes belges francophones en néerlandais et des auteurs flamands en français, présentera des poètes récemment traduits, comme Bart Janssen ou Serge Delaive.

Enfin la ministre flamande de la Culture, Joke Schauvliege, décernera dimanche (à 11h aux Kaaistudios) le Prix culturel flamand pour la traduction.

Le Festival international de littérature Passa Porta aura lieu du 20 au 24 mars, à Bruxelles.

Pour de plus amples détails, consultez le site internet de l’événement : www.passaporta.be.