Demande record de mazout cet hiver

Bien que ce soit déjà officiellement le printemps, les marchands de combustible en Belgique reçoivent ces derniers temps de nombreux appels de clients dont les réserves de mazout sont à sec, en raison de la persistance du froid. Le secteur demande une exception aux temps de conduite et repos imposés aussi aux conducteurs des camions citernes, afin de pouvoir approvisionner d’urgence tous les consommateurs, indique le quotidien Gazet van Antwerpen.

L’hiver n’en finit pas de se raviser et se prélasse dans des températures particulièrement basses depuis quelques semaines. Alors que le printemps vient officiellement de prendre sa place, les négociants en combustible reçoivent actuellement jusqu’à 50% d’appels supplémentaires, par rapport aux autres années, de clients qui sont tombés en panne de mazout.

Les « appels au secours » se multiplient. « Certains clients n’ont vraiment plus une seule goutte de mazout dans leur réservoir », explique le porte-parole de la Fédération belge des négociants en combustibles et carburants (BRAFCO), Johan Mattart.

La demande est même tellement importante que le secteur demande une dérogation temporaire par rapport au règlement sur les temps de conduite et de repos. Actuellement, les conducteurs de camions citernes qui roulent six jours d’affilée sont obligés de prendre ensuite une pause de 45 heures. « Ce qui a pour conséquence que quand nous recevons un appel d’urgence d’un client en panne de mazout nous ne pouvons pas toujours aller l’approvisionner », explique Mattart.

Le règlement sur les temps de conduite et de repos est fixé au niveau européen. Mais selon le secteur, le Secrétaire d’Etat à la Mobilité, Melchior Wathelet (CDH), pourrait l’adapter, parce que l’Europe tolère des exceptions pour une période de 30 jours.