Les bouchons paralysent surtout Bruxelles, moins Anvers

Un rapport sur les volumes de circulation sur les autoroutes du nord de la Belgique - réalisé à la demande du gouvernement flamand -, révèle que les plus gros embouteillages se sont produits l’an dernier sur le Ring bruxellois, alors que les bouchons sur le Ring anversois ont diminué. En 2011, cela avait été l’inverse.

La ministre flamande de la Mobilité, Hilde Crevits (CD&V, photo), explique l’augmentation du nombre et de l’importance des embouteillages sur le Ring de Bruxelles par plusieurs causes : des travaux sur les routes, mais aussi un grand nombre d’accidents qui se sont produits en 2012 sur le périphérique bruxellois.

L’étude commandée par le gouvernement flamand révèle par contre que les embouteillages particulièrement importants en 2011 sur le Ring d’Anvers ont légèrement diminué en 2012. En cause, une légère diminution du nombre de camions sur les routes.

Le gouvernement flamand envisage donc un élargissement du Ring bruxellois. « Quant à moi, il est très important du point de vue de la sécurité que la circulation locale et le trafic qui va dans les autres directions soient réellement séparés », explique Hilde Crevits. « Nous sommes en train de réaliser un rapport concernant les conséquences des embouteillages sur l’environnement. Lorsque les résultats de cette étude seront connus, nous verrons comment nous pouvons au mieux séparer les différents types de trafic ».

Le rapport indique également que la bande de circulation « spéciale heures de pointe », aménagée sur l’autoroute E313 entre le Ring d’Anvers et Ranst, a des effets positifs. L’élargissement de la voie y permet en effet une plus grande fluidité du trafic. Les embouteillages à cet endroit auraient diminué d’environ une heure par jour.