Budget : l’effort structurel défini ce week-end?

Le comité ministériel restreint et les ministres du Budget (Olivier Chastel) et des Finances (Koen Geens) ont repris leurs travaux budgétaires ce samedi, avec pour objectif de définir d’ici la fin du week-end l’ampleur de l’effort structurel à accomplir. Le déficit structurel annuel est censé se réduire de 0,75% du produit intérieur brut, d’après les obligations européennes. Certains souhaiteraient néanmoins tenter approcher de 1%, comme la Belgique s’y était d’ailleurs engagée. D’autre appellent à la prudence, afin de ne pas étouffer la croissance, déjà grippée.

Les principaux ministres fédéraux travaillent depuis le 11 mars, avec certaines interruptions, au contrôle du budget 2013. Ce dernier avait été confectionné avec le but de limiter le déficit à 2,15% du PIB, mais un ralentissement de la croissance a grossi le déficit. Des voix s’élèvent, toujours plus nombreuses, pour abandonner cet objectif et se concentrer plutôt sur des mesures structurelles à prendre dès cette année.

Pour le vice-Premier ministre Johan Vande Lanotte (SP.A), il faut « améliorer d’environ 1% » le déficit structurel. La vice-Première ministre Joëlle Milquet (CDH) souligne pour sa part qu’il « est important de diminuer le solde structurel sur base des obligations européennes. Pour le reste, on voit que la trajectoire dépend de la croissance. Aujourd’hui, elle est en berne. On peut avoir une adaptation de la situation en nominal. Et diminuons certainement de 0,75% le déficit structurel », a ajouté la ministre de l’Intérieur.

Les vice-Premiers ministres libéraux Alexander De Croo (Open VLD) et Didier Reynders (MR) estiment que des mesures structurelles doivent contribuer à « maintenir la confiance de l’Europe vis-à-vis de la Belgique » et à éviter des sanctions européennes. Ils appellent à une stratégie de l’effort portant sur 2013 et 2014.

« Ce week-end, il faut définir l’effort, et notamment quantifier le structurel, important aux yeux de la Commission européenne », précisait le ministre du Budget, Olivier Chastel (photo). « Il faut avancer en vue de la préparation de l’échéance de juillet, à savoir la définition de la prochaine trajectoire européenne ». Au parti socialiste francophone, la ministre Laurette Onkelinx avait déjà indiqué que l’effort structurel devait être fait en recettes et en dépenses.

La réunion de ce samedi devait durer jusqu’en milieu d’après-midi, pour reprendre dimanche.