Jamais vu autant de neige fin mars depuis 1952

La Belgique s’est une nouvelle fois réveillée ce dimanche matin sous un épais tapis de neige. L’Agence flamande des routes et de la circulation déconseille de prendre la route, si ce n’est pas vraiment nécessaire, alors que les autoroutes et surtout les voies secondaires ne sont pas encore toutes dégagées. Selon les météorologues, il faut remonter à 1952 pour retrouver une telle quantité de neige aussi tard en mars.

Le printemps a commencé depuis quelques jours, mais l’hiver ne parvient tout simplement pas à prendre congé. Des chutes de neige avaient bien été annoncées pour la nuit de samedi à dimanche, mais il semble qu’elles aient été nettement plus importantes que ce qu’avaient pu prévoir les météorologues. Et il pourrait encore tomber des flocons en certaines régions du pays dans le courant de la journée.

C’est avant tout le centre et l’est de la Belgique qui se retrouvent sous une grosse couche de neige, qui atteignait ce dimanche matin par endroits 8 cm d’épaisseur. La province de Flandre occidentale a par contre pratiquement été épargnée par les intempéries. Et la neige ne fond pas au sol, en raison des températures négatives.

Alors que les voies secondaires restaient encombrées de poudreuse, ce dimanche matin, les autoroutes n’avaient pas encore toutes pu être dégagées. Parfois, seule une bande était accessible à la circulation. L’Agence flamande des routes et de la circulation, le Centre flamand pour la circulation et la police fédérale des routes conseillent en tous cas la plus grande prudence sur les routes. « Etant donné la situation sur les routes ce dimanche, nous demandons aux usagers de reporter tout déplacement qui n’est pas absolument nécessaire », indiquait un communiqué de presse commun.

Ceux qui doivent tout de même prendre la route, doivent avant tout se méfier des endroits glissants et d’éventuel verglas. Et adapter leur conduite. Plusieurs accidents s’étaient déjà produits ce dimanche matin.

« Hier soir, nous avons répandu de façon préventive près de 1.500 tonnes de sel. Et pourtant, la plupart des routes n’étaient pas en bonne condition ce dimanche matin, essentiellement parce qu’il a neigé nettement plus que ce qui avait été annoncé et parce que les températures négatives font geler la neige au sol. Actuellement, c’est avant tout la province d’Anvers qui connait des problèmes de mobilité importants, mais aussi la Flandre orientale », expliquait ce dimanche matin Ilse Luypaerts de l’Agence des routes et de la circulation.

La classique cycliste Gand-Wevelgem aura bien lieu, dimanche après-midi.

Ce samedi, il avait déjà été décidé de raccourcir le parcours, enneigé, d’une cinquantaine de kilomètres. Le départ devait être donné à 12h30 à Gistel.

"Une situation très, très exceptionnelle"

Le Monsieur Météo de la VRT, Frank Deboosere (photo), qualifie la situation hivernale de ce 24 mars de vraiment très exceptionnelle. « Il faut remonter à 1952 pour retrouver une telle quantité de neige aussi tard en mars », indique-t-il sur son site internet. Il précise néanmoins qu’il ne faut pas rêver à une fête de Pâques blanche.

Le prévisionniste météo Eddy De Mey indiquait lui que, avec une température maximale de 2°C à Uccle, ce samedi aura été le 23 mars le plus froid depuis 1873. Et il s’attend à un nouveau froid record pour ce dimanche. Les températures ne pourraient en effet pas décoller de O degré. Or la température la plus basse jamais relevée un 24 mars remonte à 1853, lorsqu’une mesure de 0,7 degré avait été enregistrée.

Eddy De Mey précise que jusqu’ici le mois de mars affiche une moyenne de 3 degrés, inférieure à la normale. Janvier et février avaient déjà affiché des moyennes en baisse.