Décès de Paul Halter, président de la Fondation Auschwitz

Le résistant, déporté juif et président de la Fondation Auschwitz Paul Halter (ici en compagnie du Premier ministre Elio Di Rupo) est décédé à l'âge de 92 ans, samedi 30 mars à Molenbeek.

Paul Halter a dédié toute sa vie au devoir de mémoire envers les victimes des crimes et génocide nazis. A cette fin, il a participé à la création de l'Amicale Belge des ex-prisonniers politiques d'Auschwitz-Birkenau, dont il deviendra président dans les années 70 et qui sera à la base de la création de la Fondation Auschwitz en 1980.

Paul Halter n'a cessé depuis de partager son expérience avec les nouvelles générations et a été l'un des premiers à organiser des voyages d'études à Auschwitz-Birkenau.

Cet homme d'engagement est resté actif jusqu'au bout à la tête de la Fondation Auschwitz, dans le respect de la libre pensée et de ses convictions philosophiques.

Biographie

Paul Halter était né à Genève le 10 octobre 1920. Un an après sa naissance ses parents immigrent en Belgique. Il fut dirigeant des Faucons Rouges jusqu'à son arrestation en juin 1943. Dès 1941, il fait partie de l'Armée Belge des Partisans Armés où il est très vite devenu commandant de corps. Il est finalement arrêté par les Nazis le 16 juin 1943 à Bruxelles. Il avait 22 ans.

Après être passé par la caserne Dossin à Malines, il est déporté vers Auschwitz le 20 septembre 1943 par le 22ème convoi belge qui a compté 19 survivants sur les 1450 partants.
D'abord, mis en quarantaine à Birkenau, il sera transféré au sous-camp de Fürstengruben où il travaillera dans les mines jusqu'en janvier 1945 et d'où il s'est échappé. Via Cracovie, Lublin, Odessa et Marseille, il regagne la Belgique en mars 1945 où il deviendra plus tard, le Président de l'Amicale Belge des Ex-Prisonniers Politiques Auschwitz-Birkenau - Camps et Prisons de Silésie et de la Fondation Auschwitz.
Il fut élevé au rang de baron par le roi en 1996. Sa devise est "Honneur Devoir Équité".

Di Rupo: "une personnalité d'une exceptionnelle humanité"

Le Premier ministre Elio Di Rupo a rendu mardi un vibrant hommage à Paul Halter. "Paul Halter fut une personnalité d'une exceptionnelle humanité. Après avoir subi dans sa chair les affres du régime nazi, il consacra sa vie à éclairer la conscience de ses contemporains. Respect, tolérance et démocratie vigilante furent des valeurs qu'il ne cessa d'imprimer dans son existence", souligne le chef du gouvernement dans un communiqué.
Les deux hommes s'étaient rencontrés par le passé, la dernière fois l'an dernier à Auschwitz, où ils avaient accompagné un millier de jeunes, belges pour la plupart, désireux d'y prendre la mesure de la barbarie nazie.
"Son témoignage et sa réflexion eurent un impact extraordinaire sur ces jeunes. Ils n'oublieront jamais que la démocratie et les libertés vraies sont à défendre sans relâche et que chacun doit respecter l'autre, sous peine, un jour, de se voir lui-même privé de respect et de dignité, voire violenté. Paul Halter, résistant et rescapé d'Auschwitz, homme de progrès et de liberté, continuera longtemps d'inspirer notre action", ajoute Elio Di Rupo.