Des paradis fiscaux mis à nu par une fuite

C’est un véritable séisme au sein du monde international des finances. Une spectaculaire fuite de données informatiques issues de dizaines de milliers de sociétés offshore des îles Vierges britanniques, des îles Cook et d'autres hauts lieux de l'évasion fiscale a révélé au grand jour des millions de transactions financières au travers desquelles des entreprises et des particuliers ont tenté d’échapper au fisc. Des Belges seraient également impliqués.
AP2012

Cette révélation est le fruit du travail de 86 journalistes du monde entier qui ont enquêté sur les services "offshore" dans le monde, sous la direction de l'International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ), basé à Washington. Un réseau de 36 médias autour du globe a ainsi eu accès, grâce au ICIJ, à une fuite majeure en provenance de deux sociétés offrant des services "offshore": l'une basée à Singapour, l'autre dans les Iles vierges britanniques.

Le consortium se serait procuré un disque dur incluant deux millions d'emails et des informations sur 122.000 sociétés off-shore et quelque 12.000 intermédiaires. Des millions de transactions ont ains pu être dévoilées. Des milliers de sociétés et de particuliers en provenance de 170 pays seraient concernés. De nombreux Belges se trouvent parmi les fraudeurs, peut-on lire jeudi sur le site internet du quotidien Le Soir.

Parmi les millions de données figurent  ainsi des centaines de fraudeurs belges, notamment de nombreux diamantaires anversois d'origine indienne, des conseillers fiscaux des trois régions du pays, des cadres de banques oeuvrant pour le compte de leurs clients, et de nombreux particuliers d'Anvers, de Bruxelles, d'Uccle, de Waterloo ou de Dinant, indique le quotidien.

De nombreux médias ont dévoilé ce jeudi les principaux résultats de cette vaste enquête menée durant quinze mois. En Belgique, Le Soir a présenté ses découvertes dans son édition électronique de 17h00.

Les premiers noms publiés par le Guardian

Le journal britannique The Guardian a publié jeudi, avec plusieurs autres journaux dans le monde, les noms d'une série de personnalités et de dirigeants actionnaires de sociétés dans des paradis fiscaux.

Parmi eux figurent notamment le président d'Azerbaïdjan et un proche du président français François Hollande. Les noms de la célèbre collectionneuse d'art espagnole Carmen Thyssen-Bornemisza, de la fille aînée de l'ancien dictateur philippin Ferdinand Marcos, Maria, et de Olga Shuvalova, la femme de Igor Shuvalov, un homme d'affaires proche de Poutine, qui occupe le poste de vice-Premier ministre en Russie s’y trouvent aussi.

Notons que la présence dans cette liste de Jean-Jacques Augier, trésorier de la campagne présidentielle de François Hollande en 2012, vient embarrasser le président français, déjà aux prises avec le scandale déclenché par l'inculpation d'un de ses ministres pour fraude fiscale.

Le journal précise toutefois que son article "ne suggère pas que les personnalités citées ont enfreint la loi".