"J’ai l'impression que tout le monde veut me défier"

La semaine dernière, le président du SP.A Bruno Tobback s’autoproclamait figure de proue de son parti, annonçant qu’il comptait mener lui-même les débats en vue des élections de 2014. Le socialiste flamand devra dans ce cadre affronter les deux grands leaders de la N-VA et du CD&V, Bart De Wever et Kris Peeters. Lors de l’émission dominicale "De zevende dag" (VRT), ce dernier a d’ores et déjà indiqué qu’il ne comptait pas encore se lancer dans cette lutte électorale.

"J’ai l’impression que tout le monde veut me défier, dans tous les domaines, le vélo, la course… Qu’ils le fassent. Mais je ne suis pas demandeur, et je ne veux donc encourager personne à continuer de me défier", a-t-il déclaré sur le plateau télé de la VRT.

Pour Kris Peeters, il est étonnant de voir, après Bart De Wever (N-VA), le président du SP.A Bruno Tobback (photo) s’immiscer dans la lutte électorale. "J’estime que ce combat doit être reporté le plus longtemps possible. Au CD&V, nous établirons des positions concrètes et pratiques, et nous le ferons au moment adéquat".

"Nous sommes dans une démocratie, et chaque président de parti doit faire ce qu’il a à faire. Je plaide toujours pour continuer à gérer le gouvernement flamand. Nous avons encore du pain sur la planche, laissez-nous donc s’il vous plaît faire notre travail", a ajouté le ministre-président flamand.

Kris Peeters n’a en outre pas voulu préciser le rôle que pourrait jouer le tout nouveau ministre fédéral des Finances Koen Geens (CD&V). "Je connais Koen Geens depuis des années et je constate que de nombreuses personnes apprécient ses talents. Je tiens à ce que le CD&V ait un programme fort, mais nous avons dans notre équipe de nombreuses personnalités fortes. Nous déciderons plus tard des personnes que nous désignerons comme figure de proue du parti, et nous le communiquerons en temps voulu", a-t-il ajouté.