Un expert onusien belge interdit d’entrée au Rwanda

Deux membres du groupe d’experts des Nations Unies qui, dans un rapport en 2012, avait accusé Kigali de soutenir la rébellion du M23 (photo principale) en République démocratique du Congo (RDC) se sont vu interdire l’entrée au Rwanda. Il s’agit du Belge Bernard Leloup et de la Moldave Marie Plamadiala. L’information était rapportée ce week-end par la presse congolaise, qui cite les propos d’un diplomate.
AP2012

« Nous avions dit au Comité des sanctions sur la RDC » du Conseil de sécurité des Nations Unies « qu’aucun visa ne sera délivré à deux d’entre eux », a confirmé jeudi Olivier Nduhungirehe, l’ambassadeur adjoint du Rwanda aux Nations Unies.

Selon des médias congolais, qui citent l’agence de presse Reuters, « plusieurs diplomates du Conseil avaient rejeté les allégations rwandaises de partialité, en affirmant soupçonner Kigali de vouloir se venger pour les révélations du groupe d’experts concernant les liens rwandais avec le mouvement rebelle M23 ».

Dans une note au Secrétaire général de l’ONU, la mission rwandaise aux Nations Unies avait accusé Bernard Leloup d’avoir « une tendance claire d’un profond préjugé contre le gouvernement du Rwanda » et Marie Plamadiala de n’avoir « aucune expertise démontrée » pour être membre d’un groupe d’experts et de montrer « les limites professionnelles inappropriées qui ne conviennent pas à un expert de l’ONU ».

Malgré les plaintes des instances rwandaises, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon (photo), avait nommé le Belge Bernard Leloup et confirmé la Moldave Marie Plamadiala comme membres du groupe d’experts. Dans un rapport daté d’octobre dernier, ce groupe a accusé le Rwanda et l’Ouganda d’aider et d’équiper les mutins du Mouvement du 23 mars (M23), aujourd’hui divisé en deux ailes. Kigali et Kampala démentent ces accusations.