"Confisquer les cartes d’identité de candidats belges au combat"

Hans Bonte (photo principale), le bourgmestre de la commune de Vilvorde (Brabant flamand), suggère de priver de leur carte d’identité les jeunes Belges qui veulent aller combattre en Syrie, afin qu’ils ne puissent pas voyager librement en dehors de l’espace Schengen. Il présentera sa proposition ce jeudi soir à ses homologues de Malines et Anvers, Bart Somers et Bart De Wever.

Interrogé par les quotidiens De Standaard et Het Nieuwsblad, Hans Bonte affirme n’avoir reçu aucune indication montrant que le nombre de jeunes musulmans radicaux désireux de partir combattre en Syrie diminue. Au contraire. Selon lui, les candidats seraient en outre de plus en plus jeunes.

Sa commune de Vilvorde (Brabant flamand) héberge plusieurs familles musulmanes qui ont vu des fils partir au combat en Syrie. Hans Bonte a d’ailleurs appris qu’un jeune a été tué et un autre blessé, qui sont originaires de Vilvorde. Il estime qu’il faut pouvoir agir de façon préventive, afin de retenir ces jeunes qui veulent partir au combat.

Hans Bonte plaide donc pour que les autorités locales soient autorisées à confisquer, pour une période d’un an maximum, la carte d’identité belge de jeunes qui déclarent ouvertement vouloir rejoindre un pays en guerre. « Confisquer la carte d’identité des jeunes qui veulent aller combattre en Syrie, pour qu’ils ne puissent pas voyager librement, pour qu’ils ne puissent plus quitter l’espace Schengen aussi facilement ».

AP2013

Comme en Allemagne ?

Une telle mesure préventive existe déjà en Allemagne. Et les Pays-Bas étudient également l’opportunité de l’appliquer sur leur territoire.

Le bourgmestre de Vilvorde présentera ce jeudi soir sa proposition à ses homologues de Malines et d’Anvers, Bart Somers (Open VLD, photo) et Bart De Wever (N-VA), dont les communes sont confrontées au même phénomène de jeunes qui partent combattre en Syrie. Somers et Bonte prendront en effet part à une concertation à Anvers sur les jeunes musulmans extrémistes, organisée à l'initiative du bourgmestre Bart De Wever. 

L’imam gantois Brahim Laytouss (photo) a déjà réagi de façon négative à la proposition du bourgmestre Hans Bonte. Il estime qu’il est simpliste et démodé de confisquer les cartes d’identité pour tenter de combattre une radicalisation de jeunes musulmans. « De cette façon, on ne résout pas le problème ».

Laytouss souligne aussi que de nombreux jeunes sont très inventifs et parviennent à se procurer des papiers en règle, même sans carte d’identité. « Je pense que nous devons plutôt nous pencher sur le mobile de ces jeunes », conclut l’imam gantois.