Roger Vangheluwe veut une adresse fixe

L'ancien évêque de Bruges Roger Vangheluwe espère qu'il pourra bientôt disposer à nouveau d'une adresse fixe et publique, écrit jeudi sur son site internet la télévision régionale Focus & WTV, qui a pu consulter la correspondance entre Roger Vangheluwe et un homme originaire de Poperinge.

Roger Vangheluwe vit depuis deux ans dans un monastère en France. Personne ne sait officiellement où il se trouve et sa correspondance se fait via le diocèse de Bruges.

L'ancien évêque envoie régulièrement des lettres à un homme originaire de Poperinge, dans la province de Flandre-Occidentale, dont le frère est décédé après avoir été abusé par un ecclésiastique. Il avait d'abord demandé à rencontrer Roger Vangheluwe, qui lui avait répondu: "A mon (et votre) grand regret, une rencontre n'est pas possible dans un proche avenir. Peut-être plus tard?"

D'autres lettres ont suivi. Dans l’une d'entre elles, Roger Vangheluwe indique qu'il aimerait bientôt bénéficier d'une adresse publique: "Comme vous vous en doutez, il ne m'est pas facile de rencontrer quelqu'un. J'espère que j'habiterai à une nouvelle adresse fixe dans quelques semaines, avec davantage de possibilités de contact."

En avril 2010, l'Eglise catholique belge a été éclaboussée en avril 2010 par un scandale de pédophilie, quand l'évêque de Bruges, Roger Vangheluwe, a démissionné après avoir reconnu avoir fait subir des sévices sexuels à un neveu mineur entre 1973 et 1986.