"Les criminels profitent des failles de l’Europe"

Dans la nuit de vendredi à samedi, des contrôles de police ont été effectués dans la commune de Menin (Flandre occidentale) par des patrouilles mixtes franco-belges. Mais, selon la bourgmestre Martine Fournier, cette collaboration transfrontalière ne résout pas encore tous les problèmes. Le député européen Ivo Belet (photo principale) estime également qu’une meilleure coordination des services de police s’impose au niveau européen, pour réellement décourager les criminels.

Des contrôles de police ont été effectués dans la nuit de vendredi à samedi, au sud de la Flandre occidentale, par des patrouilles rassemblant tant des agents flamands que français. Ce type de patrouilles mixtes vise à contrecarrer la criminalité transfrontalière, alors que des bandes françaises sévissent depuis des mois dans le sud de la Flandre occidentale.

Le 18 mars dernier, la ministre de l’Intérieur Joëlle Milquet (CDH) et son homologue français Manuel Valls avaient signé à Tournai (province du Hainaut) un nouvel accord de coopération policière transfrontalière. L’objectif en est de renforcer et mieux coordonner la coopération policière sur le terrain et les capacités d’intervention. Selon cet accord, les patrouilles mixtes pourront exercer leurs compétences, y compris l’arrestation, lorsqu’elles seront sur le territoire de l’autre partie.

La bourgmestre de la commune de Menin, Martine Fournier (CD&V, photo), qui avait appelé assez récemment les autorités françaises à considérer la criminalité transfrontalière comme une priorité, estime cependant que les patrouilles mixtes ne résolvent pas encore tous les problèmes dans sa région affectée par une importante criminalité transfrontalière.

« L’accord a apporté une série de choses positives, comme le fait d’accorder les fréquences radio, la multiplication des patrouilles mixtes et l’échange d’informations. Mais un des points négatifs restent, selon moi, le fait qu’une patrouille belge, qui passe la frontière, n’a toujours pas la possibilité d’arrêter un ressortissant français », expliquait ce samedi matin Martine Fournier à la VRT.

"Une meilleure coordination européenne s’impose"

Ivo Belet (CD&V), député au Parlement européen, souligne - à la suite des contrôles de police avec patrouilles mixtes de la nuit passée - qu’une meilleure coordination des services de police s’impose au niveau européen. Notamment pour lutter contre la criminalité transfrontalière en Flandre occidentale.

« Les criminels profitent des failles de l’Europe. A l’heure actuelle, on constate une libre circulation des criminels, mais pas des services de police ». Il estime que la collaboration avec la France fait des progrès moins rapides qu’avec d’autres pays voisins. La discordance se situe aussi au niveau européen. « Il y a deux pistes : ou bien on revient à moins d’Europe et on réintroduit temporairement des contrôles aux frontières, ou bien on opte pour davantage d’Europe et l’on coordonne mieux les différents services de polices nationaux ».

Belet estime que l’idée des contrôles temporaires aux frontières reste réalisable, bien que la ministre de l’Intérieur Joëlle Milquet ait déclaré que pareille mesure était devenue impossible du point de vue pratique et juridique. « Ce n’est pas vrai. Mais il est bien entendu mieux de ne pas devoir réintroduire ces contrôles frontaliers ».

Tout comme le député fédéral Bercy Slegers (CD&V) et la bourgmestre Martine Fournier (CD&V), Ivo Belet espère que les patrouilles mixtes obtiendront suffisamment de soutien et pourront être organisées assez régulièrement, « comme c’est déjà le cas à Menin ».