Les bateliers ont suspendu leurs actions

Le trafic fluvial a repris ce jeudi matin à l’écluse d’Evergem, ainsi qu’à Merelbeke et Anvers, après qu’un protocole d’accord ait été conclu mercredi soir entre les 8 associations de bateliers, leur structure faîtière et les trois ministres compétents. L’accord, qui était présenté ce jeudi au secteur et a été approuvé à l'unanimité par ce dernier, prévoit notamment des sanctions pour combattre les pratiques de dumping dans le secteur de la navigation fluviale. Les bateliers ont bloqué la navigation en divers endroits du pays, pendant une semaine, pour protester contre les problèmes financiers dont souffre leur secteur face à la concurrence.

Le protocole d’accord conclu mercredi soir entre les 8 associations belges de bateliers, leur structure faîtière, et les trois ministres compétents prévoyait une suspension des actions de blocage dans les 24 heures.

Le trafic fluvial a repris ce jeudi matin, d’abord dès 6h00 à l’écluse d’Evergem, puis aussi à Merelbeke et à Anvers, plus précisément à hauteur du Straatsburgdok, qui fait la jonction entre le canal Albert et le port d'Anvers.

"Il est encore trop tôt pour dire si la grève est totalement finie, mais nous espérons que cette suspension temporaire sera définitive", précisait ce jeudi matin Claudia Van Vooren de la société Voies navigables et Canal maritime. Les bateliers qui ont fait grève restaient encore postés aux diverses écluses, en matinée.

La société De Scheepvaart rappelle de son côté qu'aucune action aussi longue n'avait été organisée par les bateliers sur les voies navigables depuis 1975. "Jusqu'au début des années 1970, la navigation intérieure a engrangé d'importants résultats en termes de trafic, surtout grâce au charbon et à l'acier, mais ces secteurs ont depuis connu un important recul", expliquait Paula Palmans. "Durant cette période, on a aussi beaucoup investi dans les autoroutes, et le transport par camions était beaucoup plus attirant. Il était en effet plus flexible et il n'y avait pas de problèmes d'encombrement."

Avec l'apparition des problèmes liés à la densité de trafic sur les autoroutes, et grâce à diverses mesures d'accompagnement, la navigation intérieure est redevenue depuis les années 1990 une option de premier choix pour le transport de marchandises. Sur les voies navigables flamandes, y compris les ports, environ 75 millions de marchandises sont transportées chaque année.

Mesures contre les pratiques de dumping

Le Secrétaire d’Etat à la Mobilité, Melchior Wathelet (photo), et les deux ministres régionaux compétents dans ce domaine, ont indiqué que l’accord est intervenu en vue du dépôt d’un projet de loi relatif aux sanctions applicables aux pratiques de dumping dans le secteur de la navigation fluviale.

D’autre part, la position concurrentielle de la flotte belge, vis-à-vis de celle des flottes des pays voisins, doit être réévaluée, tout comme les particularités du secteur, notamment sur le plan social.

Ce jeudi après-midi, les bateliers approuvaient à l'unanimité le préaccord conclu la veille. "Les actions sont terminées", déclarait alors la fédération professionnelle Notre Droit.