"Il revient surtout à Bruxelles et à la Wallonie de faire des efforts"

Le gouvernement fédéral maintient son engagement auprès de la Commission européenne de réaliser cette année un effort structurel d'1%. Cela a déjà été réalisé en grande partie. Mais la Wallonie et Bruxelles devront combler ce qui reste à fournir comme efforts, a estimé dimanche le ministre des Finances Koen Geens (CD&V) lors de l’émission "De zevende dag" (VRT).

Bruxelles et la Wallonie sont les deux entités qui seront amenées à porter la plus grande part de l'effort qui sera nécessaire pour maintenir le déficit budgétaire dans les limites de ce qui avait été décidé, a indiqué dimanche le ministre des Finances Koen Geens (CD&V). Selon lui, la Wallonie et Bruxelles devront combler l'essentiel de la différence.

"Si j'ai bien compris, nous arrivons à 0,75% de ce 1% et le déficit se situe essentiellement au niveau de l'entité II, donc en Régions bruxelloise et wallonne, et à la Communauté française, car le gouvernement flamand se trouve déjà à l'équilibre", a expliqué le ministre. "Il n'y aura aucun problème à passer de 0,75% à 1%. Si les Régions, les Communautés et les communes font ce qu'elles ont à faire, ce sera acquis", a-t-il précisé.
La Commission européenne doit décider à la fin du mois si elle soumet la Belgique à une amende pour n'avoir pas respecté ses engagements. "Si la Commission européenne devait en décider ainsi le 29 mai, nous aurions dix jours pour réagir. Je plaiderai alors les circonstances économiques exceptionnelles" qui ont conduit à cette situation.