"Nous ne voulons prendre aucun risque"

Les riverains de la ligne ferroviaire où un train de marchandises a déraillé, dans la nuit de vendredi à samedi près de Wetteren (Flandre orientale) avant que plusieurs wagons n'explosent et prennent feu, devraient pouvoir rentrer chez eux cet après midi. Mais on vérifiera d'abord qu'il ne reste aucune émanation toxique dans leur habitation.

Après l’accident de train survenu dans la nuit de vendredi à samedi près de Wetteren, les personnes évacuées ne pourront regagner leur domicile que lorsqu’on aura vérifié qu’il ne subsiste aucune émanation toxique dans leur habitation.

49 personnes emmenées à l'hôpital

Au total, quarante-neuf personnes ont été admises à l'hôpital. Deux d'entre elles sont aux soins intensifs, mais leur situation est stable. On s'attend à ce que la plupart des personnes hospitalisées puissent sortir dimanche soir. Quarante-neuf personnes avaient été admises à l'hôpital et pourraient donc toutes sortir dimanche soir, sauf les deux personnes qui se trouvent aux soins intensifs. Il s'agit de riverains. Trois membres des services de secours intoxiqués par des émanations, restent aussi en observation.
Quelque 140 personnes sont accueillies dimanche à l'école Mariagaard de Wetteren. On ignore encore quand elles pourront rentrer chez elles. "Nous devons d'abord effectuer des relevés maison par maison, avant de permettre aux gens de rentrer chez eux. Cela se fera rue par rue, et pas par groupe", précise le service de presse de la province de Flandre orientale.

Les pompiers continuent à effectuer des mesures de l'air et il apparaît qu'il reste une petite quantité de substances toxiques dans la zone évacuée.

Le train de marchandise allemand conduit par un conducteur Néerlandais a déraillé samedi vers 02h30 à hauteur d’un tunnel ferroviaire. Trois wagons ont explosé et pris feu. Ils contenaient de l’acrylonitrile, une substance toxique.

Les incendies ont été éteints vers 18h00 samedi. Les mesures effectuées pour contrôler la qualité de l’air ont donné de bons résultats. Les wagons en feu ont été complètement éteints, mais ils doivent encore refroidir. Les 500 riverains évacués ne peuvent pas encore rentrer chez eux ; 80 d’entre eux ont passé la nuit dans une école.

L’eau des lances d’incendie, contaminée par des substances toxiques, est collectée à une station d’épuration, a indiqué la VRT. Elle y sera pompée pour être emmenée par bateau à Rotterdam, où elle sera traitée.

Par mesure de précautions, les autorités déconseillent de pêcher sur l’Escaut entre Melle et Termonde. Toutes les autres activités nautiques sont interdites.

Les autorités ne veulent prendre aucun risque. "Nous allons appeler les habitants rue par rue" a déclaré le gouverneur de Flandre orientale Jan Briers. Les personnes qui vont regagner leur domicile seront chaque fois accompagnées et des mesures seront effectuées préalablement dans leur habitation.

"Faire rapidement la clarté"

Plusieurs députés ont par ailleurs demandé une réunion de la Commission spéciale "sécurité du rail" afin de faire la lumière sur les causes de l'accident. Ainsi le député SP.A David Geerts, président de cette Commission demande à Infrabel de donner rapidement des éclaircissements sur les circonstances de l’accident. "J’aimerais savoir s’il y avait déjà eu un problème dans le passé avec l’aiguillage et à quelle vitesse roulait le train. Est-ce que toutes les mesures de précautions avaient été prises pour ce transport de produits dangereux ?" demande encore David Geerts dans un comuniqué.