"Je me suis retrouvé à 3 mètres de mon fils"

Le père du jeune combattant flamand Jejoen Bontinck a pu localiser son fils durant son séjour en Syrie même si les rebelles ne l’ont pas autorisé à le rencontrer. Il a déclaré à Radio 1 (VRT) que les rebelles craignaient qu’il fasse des déclarations négatives sur Belkacem et l’organisation radicale Sharia4Belgium.

Dimitri Bontinck, le père du jeune Anversois Jejoen Bontinck a tenu une conférence de presse ce lundi pour son retour en Belgique. Il était parti en Syrie au début du mois d'avril pour y chercher son fils. Il est entré en contact avec plusieurs groupes qui luttent contre le régime du président Bachar al-Assad, aussi bien des modérés que des radicaux.

Dimitri Bontinck a déclaré être parvenu à localiser son fils et les autres combattants flamands. "Je me suis retrouvé à trois mètres de la villa où se trouvait mon fils" a-t-il déclaré au magazine "Vandaag". "Mais malgré le fait que je sois accompagné de soldats et d’un général de l’Armée syrienne libre, je n’ai pas pu le voir".
"Pour cela j’aurais dû me convertir moi-même à l’islam et le groupe dont fait partie Jejoen, craignait les déclarations que mon fils pourrait tenir sur Belkacem. "Les rebelles sont parfaitement au courant de la situation en Belgique, notamment de l'arrestation de du porte-parole de Sharia4Belgium, Fouad Belkacem".

Interrogé par Radio 1, il s’en est pris plusieurs fois à l’organisation radicale Sharia4Belgium. "Si cette organisation n’avait pas existé, mon fils ne serait pas parti en Syrie".

Dimitri Bontinck a également lancé un appel aux autres jeunes flamands pour les dissuader de se rendre en Syrie. "Ils ne se rendent pas compte de ce qu’il s'y passe", estime-t-il.

Dimitri Bontinck a ajouté que son voyage n’était pas un échec et qu'il n'était pas frustré, bien qu'il se soit retrouvé "à quelques mètres" de Jejoen. "J'ai maintenant acquis une meilleure compréhension des raisons de ce combat en Syrie", a-t-il précisé. Il a d'ailleurs l'intention d'y retourner prochainement "avec une équipe de spécialistes".