"La plus longue grève depuis Sabena"

Le personnel de la société de traitement des bagages Swissport a entamé son troisième jour de grève, mardi soir. Syndicats et direction se sont en effet quittés sans être parvenus à un accord. Brussels Airport évoque "un nouveau record depuis l'époque de la Sabena".

Des milliers de valises ont continué à s'entasser hier dans les halls de l'aéroport de Bruxelles, où la grève de bagagistes perturbe le trafic aérien depuis dimanche. Mardi, 49 vols au départ de Bruxelles ont été annulés, soit 7% de l'ensemble, tandis que d'autres vols sont partis en retard, en raison de ce mouvement social.

Après plusieurs heures de négociation, la direction et les syndicats ne sont pas parvenus à aboutir à un accord. Le mouvement de grève se poursuit donc ce mercredi. Les syndicats ont constaté qu'après deux jours de grève ils recevaient moins de la direction que ce qu'ils avaient obtenu lors des précédentes négociations avant la grève, indique Thierry Vuchelen, du syndicat libéral ACLVB. "Nous ne pouvons pas convaincre les travailleurs de reprendre le travail. Nous n'avons fait que reculer. Toute crédibilité a disparu", a-t-il souligné. Les syndicats ont par ailleurs demandé l'intervention de la ministre de l'Emploi Monica De Coninck.

Dans les halls de l’aéroport, quelque 10.000 valises supplémentaires sont venues rejoindre une quantité équivalente déjà entreposées dans une zone sécurisée de l'aéroport depuis le début de la grève.

La moitié des compagnies présentes à Bruxelles, dont la belge Brussels Airlines ou l'allemande Lufthansa, utilisent les services de Swissport, un géant mondial des services au sol dans les aéroports qui a racheté en 2012 l'ancienne filiale spécialisée de la Sabena. Mais depuis leur changement de patron, les salariés de la compagnie se plaignent d'être en sous-effectif. Selon les syndicats, ils ne sont parfois que deux à devoir décharger un avion là où ils étaient encore au moins le double précédemment.

Environ la moitié des passagers ont dû prendre leur vol avec uniquement leurs bagages de cabine. Les compagnies aériennes devraient leur faire suivre leurs valises dès que la grève sera terminée.

La situation n'était guère plus enviable pour les passagers arrivant à Bruxelles puisque leur bagages sont eux aussi bloqués à l'intérieur de l'aéroport. Là encore, les valises devraient leur être livrées lorsque les bagagistes auront repris le travail.

"Un point de saturation a été atteint"

Du côté de Brussels Airport, on évoque "un nouveau record depuis l'époque de la Sabena". "Il est temps qu'on trouve une solution dans ce dossier", a déclaré mercredi matin Jan Van der Cruysse, le porte-parole de l'aéroport, qui évoque un "point de saturation". Le porte-parole s'attend à une baisse du nombre de vols annulés mercredi, par rapport aux deux journées précédentes.

Jan Van der Cruysse a également souligné le dommage économique croissant pour l'aéroport et la nuisance occasionnée pour les passagers. Selon le porte-parole de Brussels Airport, les compagnies aériennes qui souhaitent gérer les bagages elles-mêmes - "elles en ont tout à fait le droit" - en ont été empêchées par les grévistes. L'aéroport commence également à manquer d'espace pour stocker tous les bagages bloqués par la grève.

Brussels Airport demande aux voyageurs de ne voyager si possible qu'avec un bagage à main et d'éviter de laisser des affaires importantes dans leurs bagages en soute. Sur son site internet, l'aéroport a également dressé une liste de plus de 30 compagnies aériennes touchées par la grève du personnel de Swissport.