Forte baisse du nombre de morts sur nos routes en 2012

L’an dernier, le nombre de morts sur les routes belges a fortement baissé. C’est ce qui ressort du dernier baromètre de la sécurité routière de l'IBSR. On déplorait 858 morts en 2011 contre 750 en 2012. Le nombre de morts baisse le plus fortement lors des accidents nocturnes du week-end. Les cyclistes et les piétons restent très vulnérables.

Les chiffres du dernier baromètre de la sécurité routière semblent indiquer que nous allons dans la bonne direction. En 2012, 750 personnes sont décédées des suite d’un accident de la route en Belgique, soit 108 morts de moins qu’en 2011.

Ce sont surtout les accidents mortels du week-end qui ont fortement baissé. 12 personnes par mois en moyenne en 2011, ce chiffre a baissé à 8,5 par mois en 2012. On a également déploré plus de morts en journée que la nuit les jours de week-end. Le revirement s'est produit en mai 2012. C'est dû, selon l'Institut belge pour la sécurité routière aux contrôles et aux campagnes de sensibilisation innombrables: en 2012, l'IBSR s'est rendu chaque semaine à l'entrée des discothèques, des fêtes et des festivals.

La Belgique reste malgré tout un mauvais élève en Europe et le nombre de tués dans des accidents impliquant un camion ou une camionnette est reparti à la hausse en Wallonie.

Les cyclistes restent très vulnérables

Cinquante-huit cyclistes ont perdu la vie en 2012. En Flandre, ce chiffre est de cinquante-deux. Ce sont huit morts de plus qu’en 2011 alors qu’à Bruxelles et en Wallonie ce chiffre n’augmente pas.

La ministre flamande de la Mobilité Hilde Crevits (CD&V) a exprimé sa préoccupation, ce jeudi sur les ondes de la VRT radio, sur le sort des usagers de la route les plus vulnérables. "Nous sommes revenus au niveau de 2010. Je m’inquiète surtout pour le long terme car le nombre de tués chez les cyclistes et les piétons a fortement diminué depuis 2004".
La ministre estime qu’il faut continuer à investir dans l’infrastructure et les campagnes de sensibilisation. "En moyenne, nous investissons 100 millions d’euros pour les pistes cyclables. Mais nous allons bientôt constituer avec Bruxelles un réseau de 400 km de pistes cyclables pour relier la capitale à la périphérie. Un accord a été conclu fin de l’année passée avec la ministre bruxelloise de la Mobilité, Brigitte Grouwels (CD&V).

"Par ailleurs, l'augmentation d'accidents mortels en Brabant flamand prouve l'urgence de mettre la problématique du ring de Bruxelles sur la table, avec en "priorité absolue" la séparation du trafic local et du trafic de transit", a ajouté Hilde Crevits.
"Cette séparation permettrait notamment aux automobilistes et aux poids lourds de ne plus devoir incessamment changer de bande de circulation, augmentant le risque d'accident", explique encore la ministre.