La Turquie surveillera les jeunes Belges

La ministre de l’Intérieur, Joëlle Milquet (CDH), termine ce mercredi sa visite de travail de trois jours en Turquie, destinée à renforcer la collaboration dans la lutte contre le terrorisme et le suivi de dossiers de ressortissants belges partis combattre en Syrie (photo principale). A la suite d’entrevues avec la ministre Milquet à Istanbul et Ankara, les autorités turques se sont ainsi engagées à renforcer leurs contrôles, notamment à la frontière avec la Syrie, et leur collaboration avec les services de sécurité belges.

La Vice-première ministre Joëlle Milquet rencontrait ce mercredi le directeur de l'Organisation du renseignement national turc, Hakan Fidan, et le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan.

Lundi matin, la ministre de l’Intérieur avait déjà rencontré les représentants de l'opposition syrienne à Istanbul, ainsi que les représentants de la police turque. Elle s'est ensuite rendue à Ankara pour une série d’entretiens avec différentes autorités - le ministre de la Justice, Sadullah Ergin, le ministre de l'Intérieur, Muammer Güler, ainsi que le Vice-Premier ministre, Bekir Bozdag.

Durant ces échanges, Joëlle Milquet (photo) a pu notamment faire part des besoins ciblés de coopération renforcée avec les autorités turques. Selon elle, les ministres turcs ont démontré une grande volonté de coopération. Ils ont échangé différentes informations importantes sur l'évolution de la situation en Syrie.

La ministre Milquet a évoqué les cas des mineurs d’âge belges, dont les dossiers avaient déjà été envoyés aux autorités turques, ainsi que ceux d'autres personnes. Les autorités turques se sont engagées à renforcer leurs contrôles, notamment aux frontières avec la Syrie, et leurs actions diverses en la matière.

Par ailleurs, les formes de terrorisme - entre autres liées aux attentats du DHKP-C - ont été évoquées, de même que les réformes récentes de la législation anti-terroriste en Turquie. Les ministres se sont mis d'accord pour renforcer fortement leur cadre de coopération par des échanges constants d'informations, de pratiques, par l'entraide judiciaire et policière et par des rencontres régulières.

Ils ont notamment décidé d'organiser deux rencontres concrètes, entre les services de police, de renseignements et certaines autorités judiciaires, avant l'été. Une rencontre aura lieu en Turquie, concernant la problématique des ressortissants belges en Syrie. L'autre se tiendra à Bruxelles, pour un échange d'expertise et d'informations entre services, concernant les autres formes de terrorisme.