Une trentaine de marsouins aperçus dans l’Escaut et le Rupel

Depuis fin mars, la présence de marsouins est signalée presque quotidiennement dans l’Escaut et le Rupel, parfois jusqu’à 30 individus, et depuis l’année dernière de manière beaucoup plus fréquente. Le nombre d’animaux morts découverts, prouve selon Natuurpunt que la Flandre a besoin d’urgence d’un plan de protection de cette espèce.

Il convient de souligner que le plus petit et plus commun cétacé de la Mer du Nord est signalé de plus en plus souvent sur l’Escaut. Ils n’étaient plus signalé dans l’Escaut occidental depuis le début des années ’50 jusqu’aux années ’90 du 20e siècle, alors qu’il y était encore un visiteur régulier avec le phoque au 19e siècle. Mais depuis 1995 des marsouins sont régulièrement signalés à la côte et la population de ces cétacés semble être en augmentation.

Le 27 mars dernier, trois ou quatre marsouins avaient été aperçus pour la première fois dans l'Escaut par l'Unité de Gestion du Modèle Mathématique de la mer du Nord. C’est le 11 avril que l’on en a aperçu le plus, environ 30 exemplaires.
Mais l’Escaut n’est pas sans danger pour les marsouins. Au moins 8 exemplaires n’ont pas survécus à leur petite incursion sur le fleuve. Parfois les cétacés sont heurtés par la proue d’un navire, les écluses constituent également un piège puisqu’elles empêchent les marsouins de revenir dans leur habitat naturel.

Les marsouins sont de petits cétacés, de 1,5 à 2,5 m selon les espèces et pesant jusqu'à 90 kilos. Ils vivent en général en bandes.
Pour l’organisation de protection des animaux "Natuurpunt", la Flandre a un besoin urgent d’un plan de protection de cette espèce. La marsouin commun bénéficie, en principe, d’une protection stricte par la Directive européenne "habitat naturel" mais cette protection ne se concrétise pas.