Gand supprime l’interdiction du voile

La ministre flamande Freya Van den Bossche (SP.A) qui est aussi conseillère communale à Gand se réjouit que le conseil communal de sa ville soit revenu, au cours de la nuit de lundi à mardi, sur l'interdiction faite à ses fonctionnaires de porter des signes religieux. "Ce débat est hypocrite et à côté du sujet" a-t-elle réagi dans l’émission "De ochtend" sur Radio 1 (VRT).

L'interdiction portait, depuis 2007, sur le port de signes religieux, philosophiques, idéologiques ou politiques. Le cartel SP.-Groen - 26 sièges sur 51 - a été rejoint par trois des quatre élus du CD&V. Cette décision a été prise au départ d'une proposition mise sur la table par une initiative citoyenne et une pétition co-signée par quelque 10.000 personnes. Comme la N-VA, dans l'opposition, l'Open VLD, membre de la coalition, a voté contre cette décision.

"Un foulard ne détermine pas la manière dont quelqu'un va se comporter"

Freya Van den Bossche souligne que son parti, le SP.A a toujours voté contre l’interdiction du voile et se félicite que cette interdiction ait finalement été levée par le conseil communal.
Pour la ministre, le débat sur le voile est un débat hypocrite et hors sujet. "Oui effectivement je suis favorable à ce que les fonctionnaires qui travaillent au guichet soient des personnes neutres, mais on ne mesure pas cela au port d’un foulard ou d’une croix mais à l’attitude de ces personnes" a-t-elle déclarée.
"Quelqu’un qui porte un foulard pourrait alors vous aider au téléphone mais pas au guichet. En fait nous redoutons la réaction du public qui se rend au guichet. Je pense qu’il est temps que les gens se rendent compte que le foulard, en soi, ne détermine pas la manière dont quelqu’un va se comporter et qu’il faut dissocier ces deux choses".

"Ne pas faire comme si la N-VA avait déjà gagné"

Lundi, à l’issue du Bureau de parti de la N-VA, le vice-président du parti, Ben Weyts et le député Siegfried Bracke avaient déclaré que pour les nationalistes flamands un principe général de neutralité devait figurer sur la table des négociations fédérales et flamandes après les élections de mai 2014. La N-VA exige que plus aucun fonctionnaire au guichet, qu'il soit flamand ou fédéral, ne puisse afficher de symbole ostentatoire, de nature religieuse, politique ou philosophique. Les nationalistes dénoncent le flou artistique qui règne selon eux. "Aujourd'hui, dans certaines communes, les fonctionnaires doivent observer un devoir de neutralité, dans d'autres pas. Si en plus de cela, dans les communes qui imposent la neutralité une année, la situation change l'année suivante, cela devient une histoire sans fin", a commenté Ben Weyt.
"Nous ne devons pas faire comme si la N-VA avait déjà gagné" a déclaré Freya Van den Bossche, "il reste encore un an avant les élections". Elle reconnaît toutefois que le gouvernement flamand pourrait parfaitement prendre une initiative dans ce domaine mais ajoute que ce n’est pas possible puisque les partis de la majorité au pouvoir (N-VA, SP.A et CD&V) ne sont pas sur la même longueur d’ondes.

"Erreur historique"

Pour l’Open VLD qui comme la N-VA a voté contre la levée de cette interdiction introduite à Gand par les libéraux flamands en 2007, c’est la déception. On estime que l’ "avenir montrera qu’il s’agissait d’une erreur historique".