Pas d’armes flamandes pour les rebelles syriens

Le ministre président flamand Kris Peeters a décidé d'ajouter la Syrie aux pays du Moyen-Orient pour lesquels des autorisations d'exportation d'armes en provenance de Flandre sont suspendues. Cette mesure intervient malgré la décision de l’Union européenne de lever l’embargo sur les armes pour les rebelles syriens.

Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders avait déjà affirmé mardi que la Belgique ne livrerait pas d'armes à l'opposition syrienne en lutte contre le régime du président Bachar al-Assad.

Les chefs de la diplomatie des 27 pays de l'Union européenne ont pourtant décidé de lever l'embargo sur les armes pour les rebelles syriens, mais aucun pays n'a l'intention d'en envoyer dans les deux prochains mois afin de ne pas mettre en danger l'initiative de paix russo-américaine consistant à organiser une nouvelle conférence internationale baptisée "Genève-2".

Face à la levée d’embargo, le ministre-président flamand estime que les violences qui ont lieu en Syrie justifie l’interdiction d’exporter des armes en provenance de Flandre vers ce pays.