Un Belge découvre l’ancêtre des oiseaux

Une équipe scientifique internationale menée, par le paléontologue Pascal Godefroit de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, a découvert en Chine un nouveau dinosaure-oiseau (photos), baptisé Aurornis xui. Cette découverte détrône l’Archaeopteryx de son statut d’ancêtre le plus primitif des oiseaux, indique la revue spécialisée Nature.

Considéré pendant 150 ans comme l'ancêtre des oiseaux, puis relégué en 2011 au rang de simple dinosaure à plumes, l'Archaeopteryx regrimpe dans l'arbre généalogique des oiseaux grâce à la découverte, en Chine, d'un nouveau dinosaure-oiseau par une équipe menée par Pascal Godefroit, un paléontologue belge de l'Institut royal des Sciences naturelles de Belgique.

Comme en 2011, ce nouveau rebondissement - rapporté mercredi dans la revue spécialisée Nature - se passe en Chine, plus précisément dans la formation géologique Tiaojishan, dans la province de Liaoning (au nord-est).

Depuis la découverte du premier spécimen d'Archaeopteryx en Bavière en 1861, la plupart des spécialistes de l'évolution considéraient ce dinosaure à plumes comme la forme d'oiseau la plus basique et la plus ancienne. Dans l'arbre phylogénétique, qui retrace la parenté des espèces, il avait donc été placé à la base de la branche qui aboutit à nos oiseaux modernes.

Mais en 2011, une équipe chinoise avait remis en question ce classement, après la découverte en Chine d'un fossile d'une nouvelle espèce de dinosaure à plumes. Leur analyse avait fait tomber Archaeopteryx de la branche des oiseaux, pour le placer à la naissance de la branche voisine des "Déinonychosaures". La découverte toute récente, par des scientifiques belge, chinois, italien et britannique, d'un autre fossile d'une nouvelle espèce, sur le même gisement chinois, vient donc rebattre les cartes de l'évolution.

L'équipe du Belge Pascal Godefroit, qui a baptisé ce nouveau dinosaure-oiseau Aurornis xui, a "décidé de tout reprendre à zéro", à partir d'outils d'analyse plus complets. "On obtient une phylogénie, donc un arbre généalogique, très robuste et très bien défini", a assuré le paléontologue.

"Grâce à cette nouvelle analyse, on peut montrer que l'Archaeopteryx est finalement bien un oiseau primitif et que la bestiole que nous décrivons est un oiseau encore plus primitif", a déclaré le chercheur de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique. "Pour le moment c'est l'oiseau le plus primitif connu au monde".