Les syndicats manifestent pour l’harmonisation des statuts

Quelque 30.000 militants ont pris part à une manifestation organisée entre la Gare du Nord et la Gare du Midi à Bruxelles, à l’appel des syndicats socialiste et chrétien. Ils réclament un statut unique pour ouvriers et employés, et refusent le gel des salaires. "L’austérité n’est pas la solution, elle est le problème", clame notamment la CSC.

Ils étaient de 25.000 à 30.000, selon la police, et quelque 35.000, selon les syndicats, à défiler ce jeudi midi dans les rues de la capitale pour exiger du gouvernement qu'il propose une solution satisfaisante dans le dossier de l’harmonisation des statuts des ouvriers et des employés. Les accents sont différents selon les syndicats, bien que la FGTB et la CSC partagent les mêmes inquiétudes.

Le syndicat chrétien CSC entend ainsi rappeler au gouvernement qu'une solution doit être trouvée quant à l'harmonisation du statut des travailleurs. Selon un arrêt de la Cour constitutionnelle, la différence de statut entre ouvriers et employés est contraire à la Constitution et une solution doit être trouvée pour le 8 juillet. Les syndicats plaident notamment pour la définition d'une même durée de préavis pour tous les travailleurs.

Le dossier est actuellement entre les mains du gouvernement qui doit formuler des propositions de compromis. Syndicats, employeurs et gouvernement se réuniront vendredi au sein du Groupe des 10. Mais le SETCa a déjà annoncé au cours de la manifestation que "de nouvelles actions sont possibles si la proposition du gouvernement ne satisfait pas".

Le syndicat socialiste FGTB dénonce quant à lui l'encadrement plus strict des salaires sur lequel planche la ministre de l'Emploi Monica De Coninck, alors que le gouvernement a déjà décrété le gel de toute augmentation salariale au-delà de l'indexation en 2013 et 2014.

Le syndicat libéral CGSLB ne participe en revanche pas à la manifestation, estimant que les actions sont prématurées. La Fédération des entreprises de Belgique, qui déplore cette manifestation, a affirmé que les syndicats compliquaient le compromis. "Organiser une manifestation pour souligner une nouvelle fois combien on reste campé sur ses positions ne nous rapproche en rien de la solution", déclarait le directeur général de la FEB, Bart Buysse 

En raison de la manifestation et du départ du personnel vers Bruxelles, la circulation des bus de la société régionale de transports en commun TEC était largement perturbée jeudi matin, en Wallonie.

La SNCB, la société flamande De Lijn et la société bruxelloise de transports en commun Stib avaient par contre prévu peu de problèmes sur leur réseau respectif.