On peut désormais se marier en Brusseleir

Les Belges pouvaient déjà s’épouser en dialecte gantois. Ils vont maintenant également pouvoir célébrer leurs noces en bruxellois. La commune de Koekelberg a en effet accepté la requête inhabituelle de deux de ses habitants et les mariera ce 7 juin en véritable "Brusseleir". Ce sera une première, et la commune offrira dorénavant ce service, à la demande.

C'est la première fois qu'un couple se marie en "brusseleir". La cérémonie aura lieu ce 7 juin à 13h30 dans la salle des mariages de la commune de Koekelberg (photo principale) et sera présidée par l'échevin Robert Delathouwer (SP.A). "Un rasechte Brusseleir," commente à son sujet Jean-Pierre Cornelissen, premier échevin et en charge de l'Etat civil.

"Dorénavant, les tourtereaux qui veulent s'unir dans la langue de Toots Thielemans et du Grand Jojo savent qu'ils peuvent déménager et s'installer dans la commune où chacun se sent chez soi : Koekelberg!"

Robert Delathouwer (photo), reconnaissable à son énorme moustache, a fait depuis longtemps du dialecte local son cheval de bataille. "Parce que c'est la langue du peuple, et qu'elle reconnecte la ville à ses racines brabançonnes", explique-t-il sur son site internet.

Les échevins peuvent aussi compter sur le soutien de l'association locale "de Manne van de Platou", de l'asbl be.brusseleir et de Geert Dehaes, le coordinateur de Ara (soutien au dialecte bruxellois).