La pub de Neckermann pas du goût du ministre Smet

Le ministre flamand de l’Enseignement Pascal Smet (SP.A) n’apprécie pas la nouvelle campagne de Neckermann. Le tour opérateur distribue des certificats médicaux factices, à l’intention des parents désirant réserver des vacances, à bon marché, avant la fin de l’année scolaire.

Parfois les parents tentent de justifier l'absence de leur enfant en fournissant à l’école un certificat médical de complaisance. Cette année, le tour opérateur Neckermann utilise cette pratique dans une campagne publicitaire et distribue de faux certificats médicaux vierges.

"Nous insistons simplement sur l'énorme avantage en terme de coût pour ceux qui choisiraient de partir fin juin," se défend Neckermann.

Annuler cette campagne ?

Cette publicité n’est pas du goût du ministre flamand de l’Enseignement. "Nous essayons de combattre ce problème depuis des années, en collaboration avec tous les réseaux d’enseignement, les syndicats et les acteurs du tourisme, et cela est à présent réduit à néant par une publicité de mauvais goût", déclare Pascal Smet dans Het Laatste Nieuws.

Le ministre envisage de faire annuler cette campagne publicitaire par des moyens juridiques.

De son côté, Steven Haesaert du syndicat des médecins généralistes flamands a réagi dans l’émission "Hautekiet" sur Radio 1 (VRT). "C’est une façon de banaliser le certificat médical. Cela donne l’impression qu'il peut être demandé quand cela vous arrange et qu’il pourra être obtenu. Ce n’est absolument pas le message que nous voulons donner".

"Fin juin, les enfants ne font plus rien à l'école"

Le tour opérateur se dit étonné par cette réaction. "A la fin de l'année scolaire, les enfants ne font plus rien à l'école ou ont la permission de rester à la maison", déclare le porte-parole de Neckermann Koen Van den Bosch. "Ils peuvent tout aussi bien partir en vacances en famille".

La responsable du réseau catholique d’enseignement Mieke Van Hecke ne partage pas cet avis. "Je regrette les déclarations des responsables du tour opérateur. Il n’est pas exact que les enfants ne font plus rien à l’école fin juin et qu’ils feraient mieux de partir en vacances".