De plus en plus d'étudiants payent pour qu'on les aide à rédiger leur mémoire

Les universités flamandes s’inquiètent de la forte augmentation du nombre d’étudiants qui font appel à un bureau spécialisé pour les aider à rédiger leur mémoire de fin d’études. L’information est parue dans le quotidien De Morgen ce mardi. La vice-rectrice de la VUB, Yvette Michotte pense que le surcroit de travail des directeurs de mémoires est sans doute à la base de cette pratique.

Il existe de nombreux bureaux qui proposent de l'aide à la rédaction de mémoire contre rémunération. Certains proposent de structurer le travail d’autres de vérifier l’orthographe. Une recherche rapide sur internet prouve l’existence d’une dizaine de ces bureaux en Flandre.

"Bien sûr, tout le monde a le droit de chercher de l’aide pour par exemple structurer son mémoire" a déclaré Yvette Michotte ce mardi matin dans l’émission "De ochtend" (VRT). "Mais si ces bureaux fournissent aussi le contenu du mémoire, alors il est clair qu’il s’agit de fraude".
"En tous les cas je regrette que les étudiants doivent faire appel à ce service" a ajouté Michotte. "C’est en réalité la tâche du directeur de mémoire d’aider l’étudiant à structurer son travail.
C’est sans doute la charge de travail de plus en plus importante des directeurs de mémoire qui est à la base du problème. Ils doivent parfois superviser des dizaines de travaux et il leur est bien sûr difficile d’encadrer chaque mémoire d’une manière aussi efficace" a encore déclaré Yvette Michotte.

"On peut difficilement découvrir si un étudiant à bénéficier de l’aide d’un bureau spécialisé pour la rédaction de son mémoire. La seule chose que nous pouvons contrôler c’est le plagiat. Mais si l’étudiant est aidé par son père ou sa mère ou par un bureau spécialisé, c’est très difficile à découvrir".