Euthanasie des mineurs : le CD&V ne veut pas être mis hors-jeu

Le CD&V a réclamé dimanche plus de respect à ses partenaires du gouvernement fédéral dans le débat sur l'euthanasie des mineurs, appelant à la concertation plutôt que de mettre les chrétiens-démocrates "hors-jeu" en déposant des propositions de loi, comme l'ont fait la semaine dernière les socialistes (PS, SP.A) et les libéraux (MR, Open VLD).

Alors qu'une majorité alternative se dégage pour étendre aux mineurs disposant de la "capacité de discernement de recourir à l'euthanasie" le CD&V a réclamé dimanche plus de respect à ses partenaires du gouvernement fédéral dans ce débat. 

Le CD&V s'est senti contourné lorsque des sénateurs des quatre partis ont présenté leurs propositions de loi au cours d'une conférence de presse.
"Nous attendons plus de respect. Ça ne va pas si deux partis - ou quatre si l'on compte le MR et le PS - déposent des propositions en disant 'c'est à prendre ou à laisser'. Ce n'est pas comme ça que ça marche", a commenté le président du CD&V Wouter Beke sur le plateau du Zevende Dag (VRT).
Pour la sénatrice CD&V Els Van Hoof, son parti a été "mis hors-jeu" par les partenaires de la coalition. "Ça démontre peu de respect envers le plus grand parti flamand du gouvernement".
Guy Swennen (SP.A) et Jean-Jacques De Gucht (Open VLD) ont réfuté avoir voulu contourner sciemment le CD&V et vouloir ainsi faire bloc. "Entamons le débat sur base de ces propositions", a suggéré Guy Swennen. Sur la question de la formation d'une majorité de rechange excluant le CD&V, Guy Swennen s'est contenté de répondre: "laissons faire la démocratie". Jean-Jacques De Gucht souhaite le soutien le plus large possible pour les propositions. "Je suis convaincu que plusieurs membres du CD&V soutiendront nos propositions si on laisse chaque parlementaire libre de choisir".