Journée nationale d’action dans le secteur public

Les syndicats socialiste et libéral craignent que le gouvernement fédéral, en plein contrôle budgétaire, ne tente de débloquer des fonds aux dépens des services publics. Dans certaines villes et communes, les services ne sont pas assurés ce lundi. Le mouvement est notamment bien suivi dans les prisons.

Les syndicats socialiste et libéral du secteur public avaient appelé à manifester ce lundi à Bruxelles. Un millier de militants environ ont répondu à l'appel. Le syndicat chrétien ne participait pas à la manifestation.

La journée d’actions et de grève visait à exprimer la crainte de la fonction publique de voir le gouvernement fédéral - qui travaille depuis une semaine au contrôle budgétaire 2013 et à un premier défrichage du budget 2014 - tenter de débloquer des fonds aux dépens du secteur public.

Des projets d'économies existent en effet déjà dans nombre de communes et de centres publics d'aide sociale. Les syndicats rejettent aussi les projets de réduction des pensions des fonctionnaires statutaires. Ils menacent de muscler leur action dès septembre.

Selon les endroits et les services, les actions varient d’ampleur. Ainsi, dans certaines villes et communes du pays, les services ne sont pas assurés ce lundi. Plus d’une moitié des crèches en région gantoise n’ont ainsi pas ouvert leurs portes, tandis que les déchèteries restent fermées à Anvers et dans certaines communes les immondices ne seront pas récoltés.

L’action semble avoir peu d’impact sur les transports publics bruxellois STIB et flamands De Lijn. En Wallonie, les TEC connaissent des perturbations variables, selon les régions. Celles de Liège-Verviers, de Namur-Luxembourg et du Brabant wallon semblaient les plus touchées en matinée.

Mouvement bien suivi dans les prisons

La journée d'actions et de grève est fortement suivie dans les prisons, avec de 75 à 80% du personnel participant au mouvement, a indiqué Gino Hoppe du syndicat CGSP Justice.

Là où cela s'avère nécessaire, les gardiens de prison en grève sont remplacés par des policiers. Ces remplacements semblaient se faire sans problème ce lundi matin, malgré l'opposition d'un syndicat de police.

Dimanche, le syndicat SLFP Police avait en effet appelé ses membres à faire grève si ces derniers devaient être réquisitionnés pour remplacer des gardiens de prison grévistes ce lundi.