Un court-métrage de Flandre à nouveau primé

La maison A Team Productions a annoncé que le court-métrage "Bagdad Messi" du réalisateur belgo-kurde Sahim Omar Kalifa a remporté le week-end écoulé un prix au Festival du film de Brescello, en Italie, et une autre distinction en Irak. Le film avait déjà été récompensé récemment au Maroc et à Dubai.

Lors de la 11e édition du Festival international du Film de Brescello, en Italie, le court-métrage « Bagdad Messi » du réalisateur belgo-kurde Sahim Omar Kalifa (33 ans) a remporté le Grand prix pour le meilleur court-métrage. Kalifa s’est donc vu remettre le Don Camillo d’Or pour cette victoire.

Le nom de cette distinction fait référence à « Don Camillo », un film datant de 1952, dans lequel l’acteur Fernandel interprète le rôle de Camillo. Ce film avait été tourné en grande partie à Brescello. Cette année, 18 court-métrages prenaient part à la compétition italienne.

La semaine dernière, « Bagdad Messi » avait déjà remporté le prix de meilleure mise en scène au Festival international du court-métrage de Katar, en Irak. La compétition opposait là 21 court-métrages originaires de pays du Proche-Orient, d’Europe et d’Asie. La production de Sahim Omar Kalifa y avait été projetée lors de la remise des prix, indique encore un communiqué de la maison A Team Productions.

Né en 1980 au Kurdistan, Sahim Omar Kalifa est arrivé en Belgique en 2001, où il a travaillé comme interprète pendant qu’il effectuait des études d’Arts audiovisuels à l’Ecole supérieure d’art Saint-Luc à Bruxelles.

En 2008, son film de fin d’études « Nan » remportait un prix pour «Meilleur film d’étudiant » attribué par le Fond audiovisuel flamand. Son premier court-métrage professionnel « Land of the Heroes » a remporté un prix important au Festival international du Film de Berlin.

« Bagdad Messi » se passe en Irak, en 2009, et raconte l’histoire de Hamoudi, âgé de 10 ans. Il est fou de football et parvient à jouer comme gardien de but bien qu’il ait perdu une jambe. Il est pourtant renvoyé par son équipe parce qu’il laisse passer trop de ballons dans les filets.

Comme ses amis et le reste du monde, Hamoudi attend avec impatience la finale de la Ligue des Champions entre Barcelone et Manchester United, un match opposant Messi et Ronaldo. Mais la télévision de Hamoudi tombe en panne !