Un Belge prend la direction de l’Eurocorps

Le lieutenant-général Guy Buchsenschmidt a pris la tête de l’Eurocorps, lors d'une cérémonie organisée vendredi à Strasbourg, où est basée l'état-major de cette puissante formation militaire multinationale.

Agé de 57 ans Guy Buchsenschmidt succède au général de corps d'armée français Olivier de Bavinchove. Originaire de Verviers, le général Buchsenschmidt est depuis deux ans le chef d'état-major - en fait le "numéro trois" - de l'Eurocorps. Il a été désigné début mai par le ministre belge de la Défense, Pieter De Crem (CD&V), pour assumer cette fonction en vertu d'une tournante entre les quatre principaux pays contributeurs de troupes (France, Allemagne, Espagne et Belgique) qui a lieu tous les deux ans.

L'Eurocorps est un corps de réaction rapide pouvant théoriquement rassembler jusqu'à 60.000 hommes à la disposition de l'Otan et de l'Union européenne. Il est né d'une initiative lancée en mai 1992 par le président français François Mitterrand et le chancelier allemand Helmut Kohl, au départ de la brigade franco-allemande (BFA). Le couple franco-allemand a ensuite été rejoint par la Belgique, l'Espagne et le Luxembourg, alors que cinq autres pays sont "associés" à ce corps, avec l'adhésion programmée de la Pologne le 1er janvier 2016.
Le général Buchsenschmidt sera le troisième commandant belge de l'Eurocorpps, après Léo Van Den Bosch (1997-1999) et Charles-Henri Delcour (2005-2007).

En 2012, l'Eurocorps a assuré une mission d'un an en Afghanistan dans le cadre des opérations menées par l'Otan. Le Corps européen avait déjà assuré une mission de commandement en Afghanistan en 2004 et 2005 et il a également constitué en 2002 le noyau principal de la force de paix de l'Otan au Kosovo (KFOR).
"Il faut éviter de se profiler uniquement dans la sphère otanienne", a souligné devant des journalistes le général Buchsenschmidt, souhaitant que l'Eurocorps puisse à l'avenir être projeté "dans le cadre d'une mission de l'Union européenne".