Douze coureurs belges au Tour de France 2013

Un peloton de 198 coureurs s'est élancé samedi midi sur la première étape de la 100e édition du Tour de France, dessinée sur un parcours de 213 kilomètres, entre Porto-Vecchio et Bastia, en Corse. Au total, 12 coureurs belges participent à cette édition 2013.

Certains ont l’ambition de remporter une étape, d’autres de se démarquer au classement général. Mais tous étaient présents et motivés lors du départ de la Grande Boucle.

Parmi les 12 coureurs belges, on retrouve le champion du monde, Philippe Gilbert (BMC), Jan Bakelants et Maxime Monfort (RadioShack), Kris Boeckmans and Thomas De Gendt (Vacansoleil), ainsi que Sep Vanmarcke et Maarten Wynants (Blanco).

Les autres Belges font partie des deux équipes belges qui participent à la course : Omega Pharma-Quickstep a envoyé Gert Steegmans en Corse, alors que Lotto-Belisol a opté pour Bart De Clercq, Jurgen Roelandts, Jurgen Van den Broeck et Frederik Willems.

Van den Broeck prêt pour le podium ?

Marc Sergeant, le manager de Lotto-Belisol, s'est montré optimiste au moment de livrer l'objectif de son leader. "Malgré les maux de gorge dont il a souffert au Dauphiné, Jurgen Van den Broeck est prêt pour le Tour de France. La saison dernière, il a décroché une superbe quatrième place et, peut-être, nous devons placer la barre plus haut et viser une troisième place."

"André Greipel, lui, est plus qu'affûté, exactement comme ses équipiers appelés à l'amener dans le sprint. Le train est sur les rails. Jusqu'à présent, Greipel a décroché onze victoires et j'espère qu'il va augmenter son total en France", a encore souligné Marc Sergeant.

Steegmans doit mener Cavendish au sprint

Gert Steegmans (Omega Pharma-Quick Step) sera le dernier homme du train chargé d'amener le Britannique Mark Cavendish dans les meilleures conditions pour le sprint sur les routes du Tour de France.

"Mark et moi nous nous trouvons les yeux fermés. Nous n'avons plus besoin de nous parler. Avec le reste de l'équipe, ce n'est peut-être pas encore à ce point-là, mais ça viendra", a expliqué Gert Steegmans jeudi. "Ma tâche est de placer Cavendish dans les meilleurs conditions".

"Si 'Cav' gagne, je ne m'attends pas à un cadeau. Je fais seulement mon travail. Une tape dans le dos suffit. La relation entre Cavendish et moi? Il ne m'a pas encore demandé en mariage et ne le fera probablement pas. Plus sérieusement, nous nous comprenons bien."

Thomas De Gendt : "une étape, peu importe laquelle"

Thomas De Gendt (Vacansoleil-DCM) a déclaré avoir pour seul objectif de remporter une étape. "Peu importe où, mais si mes jambes vont bien, je vais le tenter", a-t-il indiqué.

"Nombreux sont ceux qui m’attribuent un rôle important sur l’Alpe d’Huez ou le Mont Ventoux. Je vais sans doute devoir me battre contre les coureurs du classement. Ma condition peut toujours être meilleure, mais je suis prêt pour le Tour. Je vais donner le meilleur de moi-même pour remporter mon étape", a-t-il ajouté.

Gilbert veut aider Cadel à monter sur le podium.

Le champion du monde a entamé le Tour de France avec comme mission d'aider son leader Cadel Evans. BMC mise en effet sur le coureur australien, vainqueur de La Grande Boucle en 2011, pour monter sur le podium.

"Cadel doit recevoir toute notre aide. De toute l'équipe, moi y compris", a déclaré Gilbert en conférence de presse vendredi. "Je dispute mon septième Tour et commence à avoir l'expérience de cette course. Je ne trouve pas ça un problème de courir comme équipier. Apparemment les journalistes semblent avoir plus de problèmes que moi de ce statut (rire). Si je dois avoir ma chance, ce sera peut-être sur les deux dernières étapes en Corse."

"Mon ambition? Assister Cadel jusqu'à ce qu'il monte sur le podium à Paris. Il recevra peu d'aide de moi en haute montagne. Tout le monde sait que je ne suis pas un vrai grimpeur. J'aiderai mon leader sur les autres étapes."