La Flandre adopte un nouveau plan Climat

Le gouvernement flamand a adopté vendredi une batterie de mesures devant conduire la Flandre à réduire de 15% d'ici 2020 ses émissions de gaz à effet de serre dans l'agriculture, l'habitat, les transports et les industries qui ne participent pas au marché européen de droits d'émission (ETS).

L'Union européenne impose à la Belgique de réduire ses émissions de CO2 de 15% d'ici la fin de la décennie pour tous les secteurs ne prenant pas part à l'ETS. Aucun accord n'est encore intervenu entre Régions sur la manière de se répartir cet effort.

Mais la Flandre a néanmoins déjà décidé d'intégrer cet objectif de 15%. Pour y parvenir, elle entend recourir à une série de mesures, comme des primes à la rénovation et le renfort des normes énergétiques pour les nouvelles constructions. Le gouvernement s'est également mis d'accord sur 33 mesures supplémentaires pour les deux années à venir, dégageant pour ce faire un budget de 20 millions d'euros.

L'objectif est de rendre les habitations sociales moins énergivores, de lutter contre la consommation des appareils laissés en veille dans les écoles et de promouvoir le recours à des conseillers énergie dans différents secteurs. Un autre projet consiste à étudier la mise au point de minibus roulant au biogaz et destinés à la société de transports publics De Lijn.

Le plan intègre également des mesures pour faire face aux effets du réchauffement, comme la montée programmée du niveau des mers.
Parallèlement à ces différents mesures, la ministre flamande de l’Environnement, Joke Schauvliege (CD&V) a appelé les citoyens à tenir compte de l’impact que pourraient éventuellement avoir leurs habitudes sur le climat. "Notre comportement et nos choix quotidiens déterminent une grande partie de l’émission de gaz à effet de serre", souligne-t-elle.

Notons que le parti écolo flamand Groen a d’ores et déjà émis de sérieuses critiques envers ce plan. "Cette gestion ne peut être considérée comme sérieuse. C’est un échec total du gouvernement flamand", a déclaré le député flamand Hermes Sanctorum. Selon lui, les nouvelles mesures n’équivalent qu’à 1 million de tonnes de CO2. "On restera avec au moins 8 millions de tonnes de trop", indique-t-il.