Les ports de plaisance victimes de l’interdiction du diesel rouge

Les ports de plaisance flamands ont vu leurs bénéfices fortement diminuer depuis que les plaisanciers britanniques sont verbalisés en Belgique parce qu’ils utilisent du diesel rouge. L’information a été révélée par la télévision locale de Flandre occidentale, Focus-WTV et a été confirmée par Steven Desloovere, président de l’Association nautique flamande de Nieuport.

Les ports de plaisance du Royaume-Uni ne fournissent que du diesel rouge mais les Britanniques qui se rendent dans les ports belges y sont verbalisés par la douane. En Belgique le diesel rouge n’est plus autorisé, sauf pour des véhicules agricoles portant une plaque spéciale.

C’est le cas aussi dans les pays voisins, en France et aux Pays-Bas mais là-bas les Britanniques ne sont pas verbalisés lorsqu’ils peuvent prouver qu’ils ont été ravitaillés en Grande-Bretagne.

"Ici à Nieuport, nous constatons qu’il y a 40% de voiliers en moins, mais le problème concerne toute la côte belge et même les ports de plaisance de l’intérieur du pays" a déclaré Steven Desloovere. "En principe, 200 bateaux accostent par jour à Nieuport, or actuellement, il n'y en a que 120. La commune balnéaire perd ainsi 100.000 euros par an.

"De plus, les plaisanciers doivent aussi manger et boire, donc cela nuit à toute l’économie. De nombreux Britanniques avaient l’intention de se rendre à Nieuport et à Ypres cette année dans le cadre de la célébration des 100 du début de la Première guerre mondiale, mais ils sont désormais absents" ajoute encore Desloovere.

Steven Desloovere espère que les autorités vont réagir rapidement sinon les Britanniques risquent de se détourner de la Belgique, au profit des pays voisins.