Rififi au sein de la N-VA de Turnhout

Suite à des tensions au sein de la N-VA de Turnhout (Anvers), la ville risque de devenir ingérable. La section locale du parti nationaliste flamand refuse d’encore collaborer avec son bourgmestre Erwin Brentjens (photo) et avec son échevin de la Culture Willy Van Geirt. L’information est révélée par le quotidien De Standaard.

Il y a du rififi  au sein de la N-VA Turnhout. On apprenait vendredi que la section locale du parti de Bart De Wever avait décidé à l’unanimité d’exclure le bourgmestre Erwin Brentjens et l’échevin Willy Van Geirt.

"Depuis des mois nous tentons de nous entendre avec eux mais en vain" a déclaré Tom Vermissen, président de la section locale de la N-VA et Premier échevin de la ville.
Ce dernier ainsi que plusieurs conseillers communaux N-VA estiment que le bourgmestre et l’échevin font cavalier seul.
"Pour les prises de décisions, ils ne consultent ni le parti ni le conseil communal. Souvent nous n’apprenons leurs projets que via les journaux. La confiance est rompue depuis plusieurs mois déjà" a-t-il confié à De Standaard.
Interrogé par le même journal pour savoir si une section locale pouvait exclure un bourgmestre et un échevin, le parlementaire flamand Kris Van Dijck (petite photo) qui sert de médiateur au nom de la direction du parti a estimé que c’était impossible. En vertu des statuts du parti, ils doivent rester membre du collège communal.
Selon lui, une médiation est encore possible. "Nous avons le temps jusqu’en septembre lors du premier conseil communal".
Actuellement aucune des deux parties ne veut céder. Le bourgmestre Erwin Brentjens a déclaré à la VRT avoir reçu mandat de la part de ses 1.500 électeurs et avoir l’intention de rester bourgmestre durant les 6 prochaines années et membre de la N-VA. "Je continue à soutenir la coalition en restant fidèle à l’accord de gestion de la ville" a-t-il conclu.