Libéré grâce à son immunité diplomatique

La zone de police Bruxelles Midi a dû relâcher jeudi un suspect parce qu’il bénéficiait d’une immunité diplomatique, étant le fils d’un ambassadeur. Le site internet brusselnieuws.be, qui révèle l’information, ajoute qu’il s’agit du fils d’un ambassadeur d’un pays africain.

Une jeune femme de 22 ans s’est fait dérobé son ordinateur portable, jeudi à la Place du Châtelain, à Ixelles. Un témoin du vol qui passait à vélo est parvenu à poursuivre le voleur et à avertir la police. Celle-ci est parvenu a arrêter un des deux voleurs mais celui-ci étant le fils d’un ambassadeur, il bénéficiait d’une immunité diplomatique.

La victime a raconté sa mésaventure au quotidien Het Laatste Nieuws. "La police m'a déclaré nous avons été obligé de le remettre en liberté. Mais vous pourrez récupérer votre ordinateur portable". La jeune femme était abasourdie. "J’étais la victime d’un vol et le voleur était encore sorti plus vite que moi du commissariat. J’étais et je suis encore toujours outrée".

La police de la zone Bruxelles Midi comprend la jeune femme. "Dès que quelqu’un fait état de son immunité diplomatique, nous ne pouvons qu’informer le parquet et c’est le service du protocole des Affaires étrangères qui décide si de la suite à donner. Lorsqu’il y a libération c’est une décision du parquet ou du parquet-général. Nous comprenons que cela peut choquer la victime mais c’est simplement la loi. Et parfois elle n’est pas très agréable pour les victimes" a déclaré, de son côté, un policier dans Het Laatste Nieuws.
Un porte-parole de la Zone Bruxelles-Midi a confirmé l’information parue dans brusselnieuws.be mais a refusé de faire le moindre commentaire.